En ce moment En ce moment

Achats, développement durable et RSE : des réalités très contrastées

Publié par le

Je m'abonne
  • Imprimer

Le "Made in France", un critère d'attribution du business comme les autres

Près 46% des répondants, quel que soit le secteur, considèrent le "Made in France" dans leurs critères d'attribution du business. Il s'agit là encore d'un résultat significatif, notamment dans le privé où ce score enregistre une hausse de près de 17 points par rapport à 2017.


Dans l'absolu, une importante majorité des répondants (70%, en hausse de 5 points par rapport à 2017) considère d'ailleurs qu'acheter "Made in France" n'est pas une contrainte en tant que telle. Pour les autres, à tort ou à bon escient, les raisons divergent. Ainsi, 12% des répondants pensent qu'acheter "Made in France" représente une contrainte en termes de coûts. Par ailleurs, 12% des répondants estiment également que leurs besoins ne se trouvent pas en France et qu'il leur est donc impossible d'acheter des produits ou des services "Made in France". Enfin, 4% des répondants déclarent qu'acheter "Made in France" est trop compliqué, quand 2% évoquent des contraintes liées à leurs clients étrangers qui leur imposent d'acheter dans leur pays.

"A noter que, sur ce point, le contexte est très inégal selon les entreprises : par exemple, il est plus facile d'acheter en France pour une entreprise de services hexagonale que pour un groupe industriel français dont les achats de production et de matières premières se trouvent parfois à l'étranger", souligne Olivier Wajnsztok. "De même, certaines entreprises françaises qui se développent à l'international et qui s'implantent dans des pays étrangers peuvent se doter de nouvelles sources d'approvisionnements et/ou s'adresser plus facilement et logiquement à des fournisseurs locaux."

Par ailleurs, certains secteurs semblent plus ouverts que d'autres au "Made in France", notamment les entreprises de services. Dans la banque et l'assurance par exemple, ou encore la formation, 77% des répondants estiment que le "Made in France" n'est pas une contrainte. Certaines branches industrielles enregistrent également de bons scores, comme la chimie par exemple (75%), l'énergie ou la construction (71%). En revanche, dans l'agroalimentaire, l'hôtellerie, la restauration et les loisirs, "seuls" 57% des répondants assurent ne rencontrer aucune contrainte spécifique.


Seuls quelques secteurs industriels vont continuer d'augmenter leurs parts d'achats dans les pays à bas coûts, notamment l'automobile et l'aéronautique : "seuls" 47% des répondants de ces secteurs indiquent que les achats dans les pays à bas coûts ne constituent pas un axe de travail et près de 46% d'entre eux déclarent au contraire que cette part des achats va même augmenter en 2018.

Les résultats sont aussi significatifs dans la métallurgie, la mécanique ou le textile : "seuls" 53% des répondants de ces secteurs affirment que les achats dans les pays à bas coûts ne sont par un axe de travail, quand 31% indiquent au contraire que cette part va augmenter en 2018. Des résultats qui s'expliquent en partie et bien souvent par l'obligation pour ces entreprises d'acheter local dans leur business à l'étranger.


Je m'abonne

La rédaction vous recommande

la rédaction

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet