Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Achat Public : la "full démat" c'est demain!

Publié par Camille George le

Je m'abonne
  • Imprimer

Après le MPS, le DUME

Après les marchés publics simplifiés (MPS) les acheteurs du secteurs vont devoir passer au Document unique de marché européen (DUME) électronique. Ce dernier permettra d'avoir in fine un outil opérationnel harmonisé au niveau européen alors que le MPS est uniquement français. Présentant le DUME comme la pierre angulaire de la dématérialisation native de la passation des marchés publics, Laure Bédier a souligné la nécessité de simplifier les procédure. Elle a rappeler une échéance encore plus proche, celle du 1er avril 2018, date à laquelle les acheteurs auront obligation de recevoir tout DUME transmis par les opérateurs économiques au titre de leur candidature. Sentant la salle se crisper elle se hâte d'ajouter que les autres modes de candidature seront toujours utilisables jusqu'en avril 2019 qui sonnera la fin définitive du MPS.

Il n'empêche les dents grincent dans la salle. Une personne intervient : "Allez-vous rendre le formulaire du DUME plus lisible? En l'état c'est indigeste!" La DAJ en convient, la première version du DUME était trop complexe et juste numérisée alors qu'il est prévu pour une application totalement digitale. La deuxième version sera aussi simple que le MPS rassure Laure Bédier qui n'envisage pas un échec : "nous avons une obligation de réussite et nous allons réussir le DUME car c'est ce qui nous conduira à la dématérialisation totale!"

La DAJ a d'ailleurs confié à l'AIFE (Agence pour l'information financière de l'Etat) la mise en place d'un service d'accompagnement des acheteurs et des opérateurs pour se conformer à cette nouvelle obligation. A terme, le DUME, intégré au plateformes d'achat public, servira de point d'entrée central pour les opérateurs et permettra aux acheteurs de gérer l'intégralité du cycle de vie d'un marché. "La dématérialisation c'est la simplification", assure la DAJ. Or pour le moment la dématérialisation concerne seulement 10% des marchés. "Nous avons donc encore un gros chantier devant nous, il faut y aller!" encourage-t-elle.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Retour haut de page