Recherche
Magazine Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

L'accès aux marchés publics pour les PME doit encore être assoupli

Publié par le

Je m'abonne
  • Imprimer


"Ces salons inversés sont d'excellentes formules et, de manière générale, il faut encourager le dialogue entre acheteurs et PME, avance Pierre Pelouzet, médiateur des marchés publics. Il y a encore trop d'acheteurs qui pensent que parler à un fournisseur, c'est interdit ! C'est évidemment le cas pendant la procédure d'appel d'offres mais, le reste du temps, c'est non seulement recommandé mais impératif." À ses yeux, les acheteurs ont aujourd'hui besoin d'être formés. Pour adopter le "marché public simplifié", qui reste marginal. Ou encore se familiariser avec la notion de "groupement momentané d'entreprises", la formule qui permet désormais à plusieurs PME de se positionner efficacement face aux grands groupes. "Trop d'acheteurs trouvent ça encore trop compliqué et trop dangereux, ajoute le médiateur des marchés publics. Il faudra une révolution culturelle sur ce point. Mais c'est aussi valable du côté des entreprises elles-mêmes..."

Groupements contre grands groupes

Frédéric Grivot, vice-président de la CGPME, estime lui aussi que "le groupement momentané d'entreprises est une véritable voie d'accès aux marchés publics". À condition que les petites et moyennes entreprises s'en saisissent véritablement.

L'union fait la force, c'est bien connu. Et ce sera sans doute encore plus vrai à partir d'octobre 2018, lorsque l'ensemble des procédures d'appels d'offres seront dématérialisées. Car ce qui peut apparaître comme un progrès a de fortes chances de constituer en réalité un handicap pour les PME ne disposant pas, en interne, des compétences nécessaires. Il faudra maîtriser non seulement les arcanes des marchés publics mais aussi les outils informatiques ad hoc et la pratique de la signature numé­rique. Pour faire face, les dirigeants auront donc besoin, dans les prochaines années, d'être accompagnés par leur syndicat professionnel ou leur fédération. En clair, les ache­teurs publics ne sont pas les seuls à devoir fournir des efforts...

Je m'abonne

Joël Rumello

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Sur le même sujet