Recherche
Magazine Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Infographie Cloud public vs cloud privé : qui est le moins cher?

Publié par Marie-Amélie Fenoll le

Le cloud public n'est pas forcément la solution la moins chère contrairement aux idées reçues. Tel est le constat du premier Cloud Comparison Index, un indice de mesure entre cloud privé et cloud public lancé par ISG.

  • Imprimer

ISG (Information Services Group), société spécialisée dans le domaine des perspectives technologiques, de l'analyse du marché et du conseil, lance le Cloud Comparison Index*, un indice qui compare les coûts entre cloud public et privé.

Premier constat : selon l'utilisation, les clouds publics ne sont pas toujours moins chers. Et les différences de prix vont jusqu'à 35% selon les fournisseurs de services cloud.

Le taux d'utilisation : un élément déterminant

Le taux d'utilisation des instances est déterminant pour choisir entre cloud public et infrastructure privée. Pour des configurations d'infrastructure identiques, les prix varient beaucoup entre les fournisseurs de cloud public. A 100% de consommation, le différentiel de prix entre l'offre la plus onéreuse et la plus avantageuse est de 35%, et il s'atténue progressivement à mesure que le taux d'utilisation baisse.

Ainsi, dans le cas de d'infrastructures spécialisées, l'étude révèle que le prix des clouds publics varie grandement entre les fournisseurs, de 811$ à 1 096$ par mois pour un taux d'utilisation de 100%. La même configuration IT en interne revient à 548$ par mois, soit 32% moins chère que le cloud public. Cependant, quand le niveau de consommation moyen du cloud public tombe à 55%, son coût devient équivalent à celui du cloud privé.

En résumé, " Le cloud public n'est pas toujours avantageux sur le plan financier ", résume Julien Escribe, Partner et expert des solutions cloud chez ISG France. " Tout est une question de degré de consommation. En cas de consommation intensive du cloud public, le choix de l'IT interne pourrait s'avérer plus avantageux ; mais le rapport s'inverse quand la consommation du cloud public est faible, et que les applications peuvent libérer davantage de ressources. "

C'est pourquoi, " Les entreprises ne doivent pas envisager les offres de cloud public uniquement comme un moyen de réduire leurs coûts de fonctionnement, comme cela peut être le cas avec des solutions d'outsourcing traditionnelles ", explique Julien Escribe. " Elles doivent plutôt voir le cloud public comme un moyen de réduire ou d'éliminer leurs futurs frais d'investissement en n'ayant plus à provisionner des capacités IT supplémentaires en interne en prévision de pics exceptionnels de la demande. Le Cloud public aide à éviter les frais superflus liés aux charges de travail volatiles. "

*Cet index s'appuie sur les données des coûts IT internes recensés dans la base ISG et les compare aux prix des configurations de cloud public des 4 plus grands fournisseurs (Amazon Web Services, Google Cloud Plateform, Microsoft Azure et IBM SiftLayer) fournis par Gravitant, partenaire d'ISG.



NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles