En ce moment En ce moment

Être responsable se vérifie à tous les échelons

Publié par le - mis à jour à
Être responsable se vérifie à tous les échelons

Depuis 2015, Amundi s'efforce de rendre ses achats globalement plus vertueux sur les plans économiques, éthiques, environnementaux et sociétaux. Ce qui passe notamment par un sourcing responsable et solidaire...

Je m'abonne
  • Imprimer

Cela fait six ans qu'Amundi déploie une politique d'achats responsable, s'inscrivant en conformité avec les engagements RSE du Groupe Crédit Agricole SA. L'entreprise veut améliorer la qualité relationnelle avec ses fournisseurs en privilégiant des rapports équilibrés et équitables, concourir à la performance de l'écosystème en stimulant l'innovation et les échanges locaux, s'engager durablement sur les plans sociétaux et environnementaux. "Engagée et responsable, cette politique est un vecteur mutuel de progrès qui s'adresse à l'ensemble de nos collaborateurs et prestataires", résume Pascale Krief, responsable de la gouvernance achats chez Amundi. Cela se matérialise par des actions concrètes et pérennes.

Le recours au secteur protégé s'illustre tel un axe prioritaire. Une vingtaine de catégories de prestations est confiée aux ESAT/EA, comme la maintenance des imprimantes, le tri sélectif, le recyclage des DEEE, l'accueil, la conciergerie ou la restauration, le ménage, l'entretien des espaces verts et la location de plantes. En cinq ans, le budget alloué au secteur protégé a été multiplié par six (96 K euros en 2014, près de 600 K euros en 2019). "Le regard que l'ensemble des équipes pouvait porter sur le secteur protégé a profondément changé au fur-et-à-mesure des usages. Ce qui paraissait impossible ou incompatible avec les contraintes opérationnelles apparaît aujourd'hui comme une évidence. Les retours qualité étant très positifs, nous envisageons d'élargir les catégories éligibles", se réjouit Pascale Krief.

À l'avenir, des prestations informatiques ou de call center pourraient être assurées par du personnel en situation de handicap. Sur le volet environnemental, Amundi entend diminuer son empreinte carbone, en révisant entre autres sa politique voyage : pertinence du voyage, autorisation préalable pour les voyages à l'étranger, rail obligatoire pour les trajets de moins de trois heures, limitation des trajets en taxi, location de véhicules en fonction du nombre de voyageurs, développement des visioconférences.

Amundi a ainsi équipé neuf salles de réunion sur Paris d'un dispositif de visioconférence et 24 salles à l'international pour réduire ses déplacements. De manière à sensibiliser davantage les voyageurs à l'impact environnemental, les émissions de CO2 sont mentionnées sur chaque réservation. "Certains de nos grands voyageurs n'hésitent pas à voyager en classe économique sur des distances habituellement parcourues en business ou se déplacent exclusivement en train pour rejoindre des destinations européennes de proximité. Nous avons également déployé à grande échelle l'usage de Skype/Webex. Par ailleurs, les réunions entre personnes de sites géographiques différents s'effectuent de plus en plus souvent au moyen de Skype For Business, la solution Microsoft de communication et de partage de documents à distance", ajoute Pascale Krief.

Du fournisseur au partenaire

Se montrer responsable, c'est aussi s'engager dans des relations durables avec les fournisseurs, en ne laissant aucune place à l'à-peu-près lors du sourcing. "La notation EcoVadis, déterminée sur la base de 21 indicateurs RSE, figure parmi nos critères de sélection lorsque nous passons un appel d'offres. En deçà d'un certain seuil, le candidat ne peut être retenu. Si la note de l'un de nos fournisseurs chute en dessous de ce seuil au cours de notre relation commerciale, nous lui proposons un accompagnement avec un objectif de progrès", précise Pascale Krief. Cultiver des relations plus étroites s'obtient aussi par des engagements réciproques. Chez Amundi, acheteurs comme prescripteurs essaient d'offrir davantage de visibilité prévisionnelle sur les achats à leurs interlocuteurs afin qu'ils puissent adapter voire diversifier leur activité en conséquence. "Nous limitons le taux de dépendance à 25 % pour ne pas risquer de compromettre la survie d'un partenaire. "À l'approche de ce cap, nous discutons avec lui des perspectives de développement à envisager". La politique d'achats responsables porte aussi sur le respect des délais de paiement qui influe sur la qualité relationnelle.

Grâce à la refonte du process interne, 85 % des factures sont désormais honorées dans les 45 jours, contre 70 % il y a cinq ans. Ce taux devrait encore progresser dans les prochains mois. Tout comme la conduite environnementale et sociétale d'Amundi.

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Fanny Perrin D'Arloz

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet