En ce moment En ce moment

Revue de presse achats - semaine du 9 décembre

Publié par le - mis à jour à
Revue de presse achats - semaine du 9 décembre
© javier brosch - Fotolia

Vous n'avez pas eu le temps de surfer cette semaine? La rédaction a sélectionné, pour vous, des articles parus sur le Web et susceptibles de vous intéresser. Bonne lecture!

Je m'abonne
  • Imprimer

Transformation digitale : les directions des achats s'engagent dans le sourcing de l'innovation

Développer ce nouvel état d'esprit et favoriser le changement culturel au sein d'une direction des achats nécessitent de repenser son organisation, de rechercher l'agilité et de s'engager fortement dans la digitalisation des processus achats. Dans sa quête de l'innovation, la fonction achats est passée d'une position de gardienne de la maîtrise des coûts à celle d'incubateur de start-ups au service de la performance de l'entreprise. Pour relever un tel défi, le Chief Procurement Officer doit faire preuve de qualité de stratège afin d'anticiper les mutations technologiques, de comprendre les enjeux métiers et de s'aligner sur les besoins de ses clients internes. Au centre d'un écosystème complexe, en expansion rapide, le directeur des achats doit rechercher l'efficacité interne pour libérer des ressources pour le sourcing de l'innovation. >> Lire l'article complet sur le site du JDN

Pourquoi la gestion des relations avec les fournisseurs doit être la priorité de votre entreprise

Un bon système de gestion des relations avec les fournisseurs vous permet de déterminer si votre chaîne d'approvisionnement risque d'être perturbée et de planifier des alternatives. En particulier avec une capacité d'IA améliorée, le système de gestion des relations avec les fournisseurs d'aujourd'hui peut alerter votre entreprise des problèmes potentiels avant leur arrivée afin que vous ayez le temps d'organiser un autre approvisionnement. Comme de nombreux autres systèmes commerciaux, l'un des principaux avantages des logiciels de gestion des fournisseurs est que ces systèmes incluent généralement des portails fournisseurs et des systèmes de paiement. Comparés aux systèmes de paiement analogiques et à la facturation manuelle, ces systèmes consolidés offrent un enregistrement à jour des commandes exécutées, des contrats en cours et des reçus de paiement. Les fournisseurs adoptent largement ces plateformes, mais les départements des comptes fournisseurs ont résisté. Lorsque les entreprises cessent d'isoler les informations sur les fournisseurs et se tournent plutôt vers des systèmes complets, tout le monde a un plus grand sentiment de clarté et de sécurité, des revenus plus élevés et des risques plus faibles - le plus grand défi est d'échapper au piège de la façon dont les choses ont toujours été faites. Plus important encore, cependant, lorsque nous nous appuyons trop sur des systèmes obsolètes, nous limitons notre potentiel de croissance, et cela peut être le plus grand risque professionnel de tous. >> Lire l'article complet sur le site de Business Matters

"Les économies vont se désynchroniser", estime Patrick Artus

Interview de Patrick Artus, chef économiste de Natixis - "Les flux de commerce intercontinentaux diminuent, tandis que les flux intracontinentaux continuent à progresser. L'Asie échange moins avec les Amériques et l'Europe, l'Europe échange plus à l'intérieur de l'Europe... Quand on regarde les importations des pays de l'OCDE en provenance des pays émergents, on s'aperçoit qu'elles sont en légère diminution depuis 2010, alors qu'elles augmentaient énormément durant la décennie précédente. La dynamique de conversion est enclenchée, mais on ne passe pas de chaînes mondiales à des chaînes régionales du jour au lendemain. Si vous concevez un modèle de voiture avec un sous-traitant européen, vous le conservez tant que vous commercialisez ce modèle. Mais le prochain modèle vendu en Chine aura probablement moins de sous-traitants européens." >> Lire l'article complet sur le site de l'Usine Nouvelle

Les croquettes aux insectes qui ravissent chiens... et biodiversité

20% de la viande et du poisson produits dans le monde sont consommés par nos compagnons à 4 pattes. Un an de croquettes pour un Labrador contient environ 50 kg de viande. La production de cette viande demande plus de 600 000 litres d'eau et rejette 1300 kg de CO2. L'équivalent de 10 000 km en voiture. De quoi se poser des questions. Pourtant, l'écologie est un sujet qui n'est que trop peu souvent abordé par les grandes marques d'alimentation canine. Il faut dire que la pression publique y est moins forte que pour certaines industries telles que les hydrocarbures ou l'aviation, perçues comme les véritables fossoyeurs. C'est pour réagir à ce manque d'alternative éco-responsable que Basile Laigre s'est lancé dans l'aventure Reglo, à savoir des croquettes aux protéines d'insectes saines et écologiques. Comme il l'explique lui même : "Pourquoi ce nom ? Car nous proposons des croquettes écologiques en toute transparence". >> Lire l'article complet sur le site de Influencia

Chine : le porc fait une nouvelle fois bondir l'inflation à des sommets

Le prix du porc a en effet bondi de 110,2 % en un an, entraînant dans son sillage le prix d'autres viandes telles que le boeuf, le mouton ou bien le poulet et le canard, qui affichent des hausses annuelles comprises entre 12 % et 28 %. Dans le même temps, les autres composantes de l'indice connaissent des progressions plus mesurées. Le prix des légumes a ainsi augmenté de 3,9 % et les prix des produits non alimentaires ont progressé de seulement 1 % en rythme annuel. Alors que le porc pèse pour 60 % de la consommation de viande en Chine, la hausse des prix - qui tient avant tout à l'épidémie de grippe porcine africaine qui sévit dans le pays - est largement exacerbée par l'approche des fêtes du nouvel an lunaire (le 25 janvier). Ce qui a obligé Pékin à multiplier les mesures ces derniers mois afin de ne pas attiser le mécontentement de la population. >> Lire l'article complet sur le site des Echos

Le Sénégal maintient le prix au producteur d'arachide à FCFA 210 le kilo en 2019/20

Voici une nouvelle qui ne va pas ravir les producteurs d'arachide. Dans un communiqué publié à la suite du Conseil des ministres, le gouvernement sénégalais a décidé de maintenir le prix au producteur de l'arachide à FCFA 210 le kilo lors de la campagne 2019/2020. La campagne officielle a débuté le 3 décembre. Dans le même temps, le Chef de l'Etat a demandé aux ministres de l'Agriculture, du commerce, des finances, de l'économie, de l'intérieur et de l'industrie "à prendre les dispositions requises pour le bon déroulement de la commercialisation des produits agricoles sur l'ensemble du territoire national". (...) La nouvelle d'un renouvellement du prix de l'année dernière inspirait des craintes de la part de producteurs "L'État pouvait aller jusqu'à 225 francs CFA. Nous représentons plus de 70% de la population sénégalaise, donc nous devons avoir notre part dans le budget, car avec nos factures d'eau et d'électricité, nous avons les mêmes charges que les citadins", pouvait-on lire il y a une semaine dans Senenews. >> Lire l'article complet sur le site de CommodoAfrica

Une abondance de déchets d'aluminium pour stimuler les recycleurs américains

Aux États-Unis, l'utilisation croissante de l'aluminium par les entreprises de transport et d'emballage a créé une abondance de ferraille et encourage les recycleurs à accroître leurs capacités dans ce que les analystes de l'industrie considèrent comme le début d'une nouvelle tendance. Parmi ceux qui sont déjà en expansion, Novelis, l'un des plus grands producteurs mondiaux de produits en aluminium laminé, qui a annoncé le mois dernier son intention d'investir 36 millions de dollars pour augmenter et améliorer la capacité de recyclage de son usine de Greensboro aux États-Unis, qui devrait être achevée au cours du deuxième semestre de 2021. Matalco, basée au Canada, prévoit également une nouvelle installation de recyclage de l'aluminium de 80 millions de dollars dans le Wisconsin, tandis que JW Aluminium agrandit son usine de Goose Creek en Caroline du Sud au coût de 255 millions de dollars. >> Lire l'article complet sur le site de Reuters

L'acier, obstacle à l'accord de libre-échange nord-américain, selon le Mexique

L'acier pourrait faire obstacle à l'accord de libre-échange nord-américain. L'acier que le Mexique consomme pour fabriquer des véhicules ensuite exportés dans toute la région des Amériques. On le sait, les plus grands constructeurs mondiaux sont au Mexique : General Motors, Nissan, Fiat-Chrysler, Volkswagen... Or dans le cadre de l'accord commercial avec les États-Unis et le Canada, le représentant américain au commerce Robert Lighthizer a imposé une nouvelle exigence : que non seulement les pièces, mais l'acier brut utilisé dans l'industrie automobile mexicaine provienne à 70 % d'Amérique du Nord. Sinon, les droits de douane sur les voitures fabriquées au Mexique seront rétablis. Le ministre mexicain des Affaires étrangères refuse que la proposition américaine s'applique dès la ratification de l'accord. Marcelo Ebrard estime que cela nuirait à l'industrie automobile mexicaine et il demande un délai de 5 ans. Le Mexique importe en effet près de la moitié de son acier (11 millions de tonnes l'an dernier). Les aciers plats proviennent en premier lieu des États-Unis, mais aussi énormément du Japon et de Corée du Sud... >> Lire l'article complet sur le site de RFI


RSE

Mattel, le créateur de la poupée Barbie, accusé de violences sexistes et sexuelles en Chine

Derrière la célèbre poupée Barbie, le jeu de cartes Uno, les Polly Pocket ou encore les jouets Fisher Price, tous fabriqués par l'américain Mattel, se cache une bien triste réalité maintes et maintes dénoncée. Des ouvriers sous-payés, soumis à des cadences infernales pour respecter les délais à l'approche de Noël, multipliant les heures supplémentaires en dehors du cadre légal. Depuis vingt ans maintenant, l'ONG Action Aid France - Peuples solidaires et son partenaire China Labor Watch présent en Chine multiplient les alertes. Pour la première fois, des cas de violences sexuelles et sexistes sont également révélées par les ouvrières, dans un nouveau rapport publié fin novembre. Une enquêtrice de China Labor Watch s'est faite passée pour une ouvrière au cours de l'été 2019 dans une usine du groupe Mattel au sud-est de la Chine et a pu recueillir plusieurs témoignages. Des ouvrières ont indiqué que les jeunes femmes étaient particulièrement victimes de violences verbales et d'humiliations ainsi que de faits de harcèlement sexuel. >> Lire l'article complet sur le site de Novethic

Quand EY pousse les entreprises à communiquer sur le développement durable

Certains s'y risquent, à l'instar de pionniers comme Camif.fr qui favorise systématiquement le made in France et le fait savoir aux clients du site. A une tout autre échelle, L'Oréal, le leader mondial de l'hygiène beauté, a décidé, dès 2014, de faire progresser d'ici à 2020 la totalité de ses produits et de ses marques d'un point de vue environnemental (composition des produits et réduction des emballages) ou sociétal (productions équitables). Cette plate-forme d'amélioration globale commence à avoir une traduction visible chez la marque Garnier, qui avance à grands pas dans son offre bio ou allégée en composants à base de dérivés d'hydrocarbures. Danone, de son côté, s'est engagé dans le processus devant le conduire à devenir une B Corp (le label américain le plus exigeant en matière de durabilité). Le lancement de la marque bio Les 2 vaches et l'intégration de Michel & Augustin ont d'ores et déjà "eu un impact positif sur l'ensemble du groupe", affirme Eric Mugnier. >> Lire l'article complet sur le site des Echos

EDF s'engage avec VNF pour développer le transport fluvial

L'Unité de Logistique et Maintenance (ULM) d'EDF et Voies navigables de France (VNF) ont signé un partenariat au terme duquel l'industriel de l'énergie s'engage à étudier systématiquement une solution fluviale et fluviomaritime pour l'ensemble de ses transports, en particulier pour l'acheminement de pièces lourdes, indivisibles et de grandes dimensions, à destination ou en provenance des sites de production, de maintenance ou de distribution d'électricité. De son côté, VNF va accompagner EDF grâce à ses outils d'aide à la décision (éco-calculateur, cartes de navigation, applications pour identifier les solutions portuaires ou pour le suivi des bateaux en temps réel) et ses dispositifs de financement utiles au développement d'installations portuaires (PARM), ou à l'adaptation des bateaux (PAMI). L'ULM d'EDF prévoit par ailleurs de développer des méthodes de chargement innovantes pour améliorer la compétitivité du fluvial comme solution logistique. En 2019, l'ULM d'EDF aura réalisé environ 3 700 transports routiers conventionnels et 380 transports dits "exceptionnels", dont une vingtaine par voie fluviale. >> Lire l'article complet sur le site Actu Transport Logistique

Fashion for Good lance un projet pilote pour produire un emballage circulaire

L'initiative Fashion for Good lance un nouveau projet pilote, le Circular Polybag Pilot qui explorera une solution qui vise à réduire l'utilisation et l'impact des emballages polybags vierges dans l'industrie de la mode. Orchestré par Fashion for Good en partenariat avec adidas, C&A, Kering, Otto Group et PVH Corp., avec Cadel Deinking, un innovateur du programme Fashion for Good Accelerator, le pilote est une première dans l'industrie du vêtement à tester une solution véritablement circulaire pour les polybags. En utilisant les déchets de polybags post-consommation, l'innovation de Cadel Deinking facilite la création de polybags de haute qualité à contenu recyclé; une solution qui nous rapproche de la création d'un véritable système en boucle fermée. >> Lire l'article complet sur le site de ModeInTextile

Textile : un affichage environnemental et social bientôt imposé ?

L'Assemblée nationale a voté mardi 10 décembre en faveur de l'obligation d'un "affichage environnemental et social" pour les industriels de l'habillement, par exemple via l'étiquette, contre l'avis du gouvernement. Les députés ont adopté par 34 voix contre 32 un amendement socialiste en ce sens, dans le cadre de l'examen en première lecture du projet de loi antigaspillage. Cet affichage sera obligatoire pour les industriels de l'habillement mettant sur le marché plus de 100 000 unités de produits textiles d'habillement par an. En commission, les députés avaient voté en faveur de l'expérimentation d'un simple "affichage environnemental" sur la base du volontariat des secteurs ou entreprises. L'auteur de l'amendement, Dominique Potier, a souhaité aller plus loin pour "prévenir, et produire autrement". Le textile est "la deuxième industrie la plus polluante, et contribue, au bout de la chaîne de valeur, au travail des enfants", selon les socialistes. M. Potier, ancien rapporteur de la loi dite du "Rana Plaza" sur la vigilance des entreprises donneuses d'ordre, a reçu un large soutien dans l'hémicycle, y compris de LR et de certains "marcheurs". >> Lire l'article complet sur le site de ID L'info durable

Yves Rocher. Le groupe devient "une entreprise à missions"

Cela veut dire que la société s'engage à tout mettre en place pour "reconnecter les gens à la nature", explique Bris Rocher. En mettant en application le projet Pacte (pour "plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises") voulu par le gouvernement Macron et portée par la députée Olivia Grégoire, à l'origine de cette nouvelle forme de société, le Groupe Rocher veut dédier l'ensemble de ses actions "au bien-être de ses clients et celui de la planète", détaille Bris Rocher. Avec cet engagement, Yves Rocher devient l'un des premiers groupes français à littéralement façonner son organisation autrement. Cela passe donc par le respect de la planète. L'objectif affiché, pour l'entreprise, est de replanter, 200 millions d'arbres dans les années à venir. "Nous n'avons pas attendu le projet de loi pour le faire. Mais là, aujourd'hui, concrètement, c'est statutaire, c'est officiel et nous nous engageons", se félicite le PDG. >> Lire l'article complet sur le site de Ouest France


Commande publique

Smart city et mobilité : le grand virage vers l'électrique

En aval de la chaîne de valeur, le développement des voitures électriques entraîne également l'apparition de nouvelles offres comme celles dédiées spécifiquement à la fourniture d'électricité pour la recharge des véhicules. Pour l'instant, seuls trois fournisseurs (CNR/Enalp, EDF, Engie) proposent une offre spécifique pour les particuliers propriétaires de VE, auxquelles s'ajoute l'offre de Total Direct Energie. Elle ne leur est pas dédiée, mais le fournisseur la préconise pour ce type de consommateur. A plus long terme, d'autres gammes de services liés à la mobilité électrique sont à construire. Le stockage stationnaire notamment constitue un nouveau terrain de jeux à la fois pour les fournisseurs d'énergie et les équipementiers de l'industrie électrique pour qui cette activité est liée à leur coeur de métier, mais aussi pour les constructeurs automobiles et les industriels des batteries. Leur implication dans le VE est ainsi une porte d'entrée sur le marché de l'énergie. Les services de Vehicle-to-grid (V2G), qui visent à exploiter la batterie lorsque le véhicule électrique n'est pas utilisé pour participer notamment à l'équilibrage du système électrique, constituent également des axes à explorer. Les expérimentations commencent à peine et les freins demeurent nombreux. Le décollage n'aura, vraisemblablement, pas lieu avant une dizaine d'années. Dans cette chaîne de valeur en phase de structuration, les prétendants sont très nombreux pour participer au décollage du marché et préempter les positions. >> lire l'article complet sur le site de le Monde de l'énergie

Les marchés publics comme levier pour promouvoir la responsabilité sociale et environnementale des entreprises

Une proposition de loi déposée à l'Assemblée nationale propose, à titre expérimental, d'autoriser les acheteurs à tenir compte d'une notation de performances au titre du RSE, dans le cadre des procédures de marchés publics, afin de favoriser les entreprises les plus vertueuses. L'État pourrait ainsi renforcer l'impact d'une telle notation en expérimentant l'effet d'un bonus financier comme accélérateur des évolutions attendues par la création d'un label commun. Qu'elles soient fiscales, sociales, ou d'accès aux marchés publics, les mesures proposées viseraient les entreprises ayant réalisé des efforts significatifs en matière de RSE. L'État reconnaîtrait ainsi leur contribution positive à une politique de prévention évitant des dépenses publiques de "réparation" sociales et environnementales. >> Voir l'article sur le site de Weka

Les marchés publics de plus en plus stratégiques pour doper l'économie

Avec plus de 100 milliards d'euros de commande publique, l'achat est devenu un vrai levier pour l'économie. Un levier "stratégique" pour le gouvernement, comme l'a rappelé Laure Bédier, à la tête de la direction des affaires juridiques de Bercy (DAJ), en ouverture de la conférence annuelle de l'Association des acheteurs publics (AAP) qui s'est tenue le 22 novembre à Paris. Pour dynamiser encore un peu plus l'accès des acteurs économiques aux marchés publics, la DAJ a fait le point sur les réformes en cours. A commencer par le décret sur le relèvement des seuils de la commande publique de 25.000 à 40.000 euros : le texte a franchi l'étape du Conseil d'Etat et devrait voir le jour "très prochainement", a indiqué la DA. >> Lire l'article complet sur le site de la Gazette des communes

Supply chain

DHL construit sa vision d'avenir autour de la digitalisation

De l'intelligence artificielle également utilisée en reconnaissance vocale avec Lydia Voice pour la préparation de commandes. Basés sur l'IA et un système d'auto-apprentissage, les véhicules autonomes ont aussi leur place sur le centre d'innovation, de même que le robot collaboratif et autonome Effibot de la marque française Effidence (déployé sur son centre logistique d'Unna en Allemagne) : une machine adaptée aux opérations de picking, qui va suivre l'opérateur, après avoir effectué un repère au niveau de ses jambes. L'innovation se conjugue également chez DHL avec l'ambition durable, à l'image de la camionnette de livraison électrique du groupe. Disponible en trois version (S, L et XL), déjà plus de 10 000 d'entre elles sillonnent déjà les routes de plusieurs pays européens, notamment aux Pays-Bas, en Allemagne. "Nous cherchons également à nouer des partenariats pour développer ces véhicules en Amérique du Nord et en Chine", poursuit Markus Kückelhaus. Autre innovation mise en avant, le Celluveyor développé par l'entreprise Biba, un système de convoyage modulaire. >> Lire l'article complet sur le site de VoxLog

L'avenir de la livraison n'est pas le drone, mais le vélo

"En vélo cargo, on est aussi rapide qu'un vélo normal, sauf que l'on peut transporter 100 kg de marchandise. On assure cinq points de livraison à l'heure, contre trois pour une camionnette", résume Leeroyd Levi, gérant et fondateur d'Olvo, une coopérative parisienne de coursiers à vélos cargos. "En une heure, on peut être n'importe où dans Paris, et on garantit le créneau d'arrivée d'une heure que l'on a annoncé, contrairement à d'autres livreurs qui donnent des fourchettes d'une après-midi entière". Aussi large qu'un vélo normal, le vélo-cargo se faufile partout, sans risque de rester coincé dans le trafic, ni de bloquer une rue entière le temps de la livraison. "On se met sur un trottoir dans un coin. Pas de stationnement en double-file, pas de warning...", ajoute le gérant de la société de 24 salariés, qui assure 8.000 livraisons par mois. Capable de transporter jusqu'à une demi-tonne pour les modèles électriques les plus puissants, le vélo cargo ne recule devant aucune marchandise. "On peut prendre en charge la grande majorité des colis, même les grosses charges jusqu'à 100 kg", confirme Guillaume Douillard, dont la société nantaise Green Course livre autant les commerçants, "comme les restaurateurs et les fleuristes", que les professions libérales, "comme les prothésistes dentaires et les architectes", et les colis de prestataires >> Lire l'article complet sur le site des Echos

L'immobilier logistique sous toutes ses formes

Dynamique, le marché français de l'immobilier logistique se dessine de manière plurielle sur le territoire. XXL, à étages, grande hauteur, à mezzanines... La plateforme logistique de demain prend en compte la diversité de ses occupants, leur stratégie et leurs process logistiques. Le tout mû par une nécessaire considération environnementale. Venus répondre aux besoins grandissants du e-commerce, les entrepôts s'adaptent également aux volontés de mutualisation d'activités sur un seul site et viennent héberger des équipements de plus en plus automatisés impactant parfois la structure du bâti. >> Lire l'article complet sur le site de VoxLog



Fleet management

Crash-test Euro NCAP : les voitures les plus sûres de 2019... et les pires

L'organisme Euro NCAP a crashé 45 modèles différents, certains deux fois en fonction de l'équipement de sécurité. La notation est la même qu'en 2018, où l'efficacité du freinage automatique d'urgence face aux autos, piétons et cyclistes a gagné en importance dans le barème. Seulement 24 autos avaient été crashées en 2018. Cette année, il y a de nouveau une large majorité de 5 étoiles et surtout pas de résultat catastrophique. Plusieurs avaient marqué les esprits en 2018 (Fiat Panda, Jeep Wrangler). (..) La CLA de Mercedes est notre championne de 2019. Si en protection des adultes, la Mazda CX-30 fait mieux en frôlant la perfection (99 %), l'allemande est à un haut niveau sur ce critère (96 %). Elle prend l'avantage sur la japonaise grâce à de meilleurs résultats en protection des enfants et protection des usagers vulnérables de la route (piétons, cyclistes) avec un score de 91 %, les meilleurs scores de 2019 pour ces critères. La CLA ne souffre d'aucune faiblesse pour ses occupants et est donc très prévenante avec les autres sur la route, grâce à un freinage d'urgence très efficace et un capot bas qui améliore son résultat au choc piéton. À noter que Mercedes brille en matière de sécurité, avec de jolis résultats cette année pour les EQC, GLE et Classe B. >> Lire l'article complet sur le site de Caradisiac


IT

Les techniciens d'Enedis utilisent la réalité augmentée pour voir le réseau électrique à travers le sol

La maintenance du réseau électrique d'une ville n'est pas chose aisée. Pour réparer une panne, les techniciens doivent arpenter les rues à l'aide de plans papier, à l'écoute de défauts qui ne peuvent être perçus que lorsque des impulsions sont envoyées sur le réseau depuis une camionnette spécialisée. Ce type d'opération prend rarement moins de 4 heures et peut occuper une équipe jusqu'à deux jours. Enedis a décidé de transformer la façon dont elle gère ces opérations grâce à la réalité augmentée. L'opérateur réseau a fait appel pour ce faire à la start-up XXII, fondée en 2015 à Paris et spécialisée dans les technologies immersives et l'intelligence artificielle. Ils ont développé ensemble une application capable de convertir les plans 2D historiques d'Enedis en plans 3D, de calculer et ajuster leur position précise en temps réel à l'aide d'un smartphone et d'une balise GPS Trimble Catalyst, et de les afficher en réalité augmentée via un casque Microsoft HoloLens. Le tout réuni dans un casque de chantier. Les bénéfices de ce nouveau système sont multiples. L'identification du réseau est plus rapide et plus fiable, avec la possibilité pour les techniciens de distinguer immédiatement les réseaux haute tension (HTA), basse tension (BT) et désaffectés. Cela évite également toute possibilité de confusion avec le réseau d'un autre concessionnaire. >> Lire l'article complet sur le site de l'Usine Digitale


Carrière / Management ... et autres!

Moins travailler en hiver pourrait augmenter notre productivité

"Le décalage entre ce que veut notre horloge biologique et ce que réclame notre horloge sociale crée un social jetlag", analyse le professeur et chronobiologiste Till Roenneberg. La formule peut faire penser à un retour de vacances un peu pénible, mais les conséquences sont parfois terribles. Il a été montré que les populations qui vivent à l'extrême Ouest des fuseaux horaires (et qui ont donc moins de soleil) ont plus de maladies (cancers du sein, obésité, diabètes, troubles cardiaques...) que celles qui vivent à l'extrême Est. Les dangers du social jetlag pèsent sur la santé des individus... mais aussi sur leurs performances professionnelles. Certaines études rendent les fuseaux horaires directement responsables de l'absentéisme, du stress, et des accidents du travail. C'est pourquoi une poignée d'experts préconisent un changement de nos rythmes de travail : des recherches publiées dans le Journal of Biological Rhythms estiment que commencer à travailler une heure plus tard en hiver pourrait aider à éradiquer ces phénomènes. Pour l'instant, les entreprises n'ont pas l'air très réceptives à l'idée... >> Lire l'article complet sur le site de l'ADN

Je m'abonne

la rédaction

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet