En ce moment En ce moment

Quand les achats gèrent la fin de vie des produits : le cas Enedis

Publié par le - mis à jour à
Quand les achats gèrent la fin de vie des produits : le cas Enedis
© Sergey Nivens - Fotolia

Avec l'installation des compteurs Linky, Enedis doit assurer, en parallèle, le recyclage des 35 millions de modèles d'ancienne génération et le reconditionnement d'une partie des matériels de comptage déposés. Pour ce faire, Enedis s'est appuyée sur un solide réseau d'industriels innovants.

Je m'abonne
  • Imprimer

D 'ici à 2021, 35 millions de foyers seront équipés d'un compteur Linky. Communicant, il peut remonter des informations sur la consommation d'énergie à Enedis, en charge du réseau de distribution électrique. Prévu sur six ans, ce déploiement industriel, qui équivaut à 30 000 poses de compteurs par jour, a engagé un tout autre challenge : celui du réemploi et de la fin de vie du matériel retourné. "Conformément à notre politique RSE, il nous fallait créer de la valeur ajoutée autour de cette récupération, en reconditionnant certains compteurs en bon état et en réfléchissant, pour les modèles obsolètes et les déchets associés, à des solutions de recyclage ou de traitement en fin de vie. C'est un achat stratégique et difficile à mener car il impose la mise en place d'un système performant et innovant en termes de développement durable", explique Pascal Durand, responsable stratégie achats à la direction des achats d'Enedis.

Avant 2015, la direction des achats d'Enedis disposait d'un unique marché de reconditionnement et de recyclage pour des centaines de milliers de compteurs déposés en exploitation, soit un équivalent de 600 tonnes par an. Avec le programme Linky, Enedis a décidé de créer un marché supplémentaire afin d'assurer le recyclage des 35 millions de compteurs collectés, l'équivalent de 45 000 tonnes à retraiter, soit près de six fois le poids de la Tour Eiffel !

À chaque industriel, son organisation

En amont, une équipe projet a été constituée pour mener à bien cet achat particulier qui a nécessité pas moins de dix-huit mois de préparation. "Nous avons ensuite laissé près d'un an aux industriels afin qu'ils conçoivent des solutions économiques et vertueuses depuis la collecte à la valorisation, au recyclage ou à l'élimination des matières", précise Pascal Durand. En parallèle, le marché du reconditionnement a été réservé au secteur adapté pour une durée de quatre ans. Faisant l'objet d'un contrat national, il représente un budget de l'ordre de 6 millions d'euros. Régionalisé pour tenir compte des volumes et des écosystèmes locaux, celui du recyclage a lui aussi été ouvert au secteur protégé. À l'issue de la sélection, 16 industriels ont été retenus sur les 50 en lice ; 11 appartenant au secteur protégé. "Nos critères se sont basés sur le prix et la méthodologie employée. Un contrat national n'aurait pas fait sens en termes de RSE", indique Pascal Durand. Conclus sur 6 à 7 ans, ces marchés représentent environ 20 millions d'euros de dépenses au total. Depuis la mise en place en 2015, les matières premières des compteurs déposés doivent être valorisées au maximum, dans le respect des règles environnementales. Certains plastiques, comme les enveloppes extérieures des compteurs, peuvent être utilisés pour la production de revêtement routier, les barres en cuivre sont récupérées... "Chaque industriel a su faire preuve de créativité, optimisant le recyclage et le réemploi", confirme Pascal Durand.

Pour le traitement de ces matériels, les industriels ont réalisé des actions certifiées par des éco-organismes. Et pour assurer un suivi performant de ces marchés, Enedis a nommé un Contract Manager. Ainsi, "ces marchés ont généré un gain de plusieurs millions d'euros et garantissent la conformité du traitement de fin de vie des compteurs". Reste à suivre leur décroissance à partir de 2020. Au-delà de 2021, seul le marché du reconditionnement et de vérification des compteurs de dernière génération pourrait être renouvelé. Cela concernerait des centaines de milliers de compteurs. "Nous avons la volonté de l'ouvrir une fois encore au secteur protégé", affirme Pascal Durand. Et si à l'avenir, d'autres déploiements massifs venaient à s'organiser, nul ne doute qu'Enedis saura mettre à profit son expérience .

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Fanny Perrin d'Arloz

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet