Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Sobriété énergétique : zoom sur les projets de La Poste Immobilier et Pierre et Vacances

Publié par Audrey Fréel le | Mis à jour le
Sobriété énergétique : zoom sur les projets de La Poste Immobilier et Pierre et Vacances

De nombreuses entreprises entament des plans de réduction des consommations énergétiques pour mieux absorber les hausses des coûts, se conformer aux réglementations et sécuriser leurs approvisionnements.

Je m'abonne
  • Imprimer

Face à l'augmentation des coûts de l'énergie et aux enjeux environnementaux, de plus en plus d'entreprises engagent des actions de sobriété énergétique. Certaines d'entre elles ont exposé les différents leviers à actionner lors d'une table ronde intitulée : "Sobriété énergétique, le changement de paradigme en action". Celle-ci s'est tenue le 12 septembre dans le cadre du salon Produrable.

La Poste Immobilier : un appel d'offre pour un projet de recyclage urbain

"Nous sommes dans l'invention d'une nouvelle ingénierie de la sobriété, il faut essayer de nos pas opposer RSE et finance", a indiqué en préambule Dang Tran, directeur général adjoint de La Poste Immobilier. Selon lui, il est important pour un grand donneur d'ordre comme La Poste Immobilier de jouer un rôle clé vis-à-vis des parties prenantes. "Nous avons un impact économique très substantiel et donc une responsabilité vis-à-vis de ces sphères-là", souligne-t-il. A titre d'exemple, le groupe travaille actuellement sur un projet immobilier mixte de recyclage urbain dans le 15e arrondissement de Paris mêlant résidentiel, logistique urbaine, école et dalle végétalisée. "Notre objectif est d'utiliser 100 % de matériaux biosourcés ou issus d'un réemploi. Il s'agit d'un pari ambitieux et nous espérons que les entreprises répondront à cet appel d'offres", commente Dang Tran. La question des prix de l'énergie, qui subissent de fortes fluctuations, a également été soulevée lors de la table ronde. "Nous essayons de maîtriser ce risque en diminuant l'exposition de notre groupe aux prix du marché de l'énergie. Cela se fait par plusieurs leviers notamment en développant l'autoconsommation photovoltaïque sur notre parc et en achetant des ANR via des PPA (purchase power agreement, ndlr)", a révélé le directeur général adjoint.

Notre objectif est d'utiliser 100 % de matériaux biosourcés ou issus d'un réemploi. Il s'agit d'un pari ambitieux et nous espérons que les entreprises répondront à cet appel d'offres" Dang Tran, directeur général adjoint de La Poste Immobilier

Pierre et Vacances : un plan pour baisser les consommations d'énergie

De son côté, Emilie Riess Demeusois, directrice RSE de Pierre et Vacances, a expliqué que les achats d'énergie concernent l'ensemble des quatre marques du groupe. "Depuis la crise énergétique liée à la guerre en Ukraine, les achats et l'exploitation travaillent de concert pour réduire les consommations énergétiques", explique-t-elle. D'autant que Pierre et Vacances est soumis au décret éco-énergie tertiaire qui impose une baisse de la consommation énergétique de 40 % d'ici 2030. "Nous devons nous atteler en premier lieu au bâti qui correspond à un gros poste de consommation", pointe-t-elle. Avant d'ajouter : "Il ne s'agit pas d'un phénomène passager, il y a un vrai changement de modèle. Il est aujourd'hui nécessaire pour notre groupe de sécuriser les approvisionnements en énergie pour chauffer les bâtiments et les piscines des bâtiments que nous exploitons". De fait, Pierre et Vacances a mis en place un plan de sobriété d'énergie pour ses quatre marques, piloté en Comex. Objectif : baisser les consommations de 10 % entre 2022 et 2024. Pour cela, le groupe a fait appel à un bureau d'étude pour réaliser des études sur les baisses possibles, le coût et le ROI. Pierre et Vacances souhaitent notamment engager ses fournisseurs dans cette trajectoire carbone dans le domaine des opérations, rénovation et construction des bâti, qui représentent 20 % des émissions de gaz à effet de serre du groupe. Même chose concernant les fournisseurs de restauration, puisque les activités d'alimentation et restauration comptent pour 25 % des émissions du groupe. "Nous faisons actuellement une étude pour déterminer l'empreinte carbone des 20 plats les plus vendus dans nos établissements afin de proposer des plats moins carbonés. Certains de nos partenaires de restauration travaillent déjà sur diversification de leurs menus", informe Emilie Riess Demeusois.

 
Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande

Retour haut de page