Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

DossierFormation continue : répondre aux nouveaux besoins de la fonction achats

Publié par le

6 - Franck Barrailler (Inpi) : "J'ai officialisé mon expérience dans les achats"

En trois questions, Franck Barrailler (responsable achats Inpi) revient sur son MBA ingénierie et management des achats décroché à l'Institut Léonard de Vinci.

  • Imprimer


Quelle formation avez-vous suivie ?

J'ai suivi le MBA ingénierie et management des achats de l'Institut Léonard de Vinci en part time (trois jours de formation par mois pendant un an), lorsque j'étais responsable du pôle achats de l'Agence nationale de l'habitat (Anah).
J'ai initié cette démarche et financé la moitié de la formation. Les disciplines qui m'ont été enseignées : sourcing, négociation, performance, communication achats, ­externalisation, achats internationaux et achats industriels.

Quel bilan en tirez-vous ?

Un bilan très positif, qui me permet aujourd'hui de développer une culture des achats privés -étant juriste marchés publics de formation-, de maîtriser les stratégies achats et les outils d'aide à la décision, de piloter la restructuration de fonctions achats et d'avoir une culture économique.
Avec ce diplôme, j'ai "officialisé" ma pratique et mon expérience dans les achats. Cette expérience m'a aussi valu de développer un réseau composé­ à la fois d'experts, de directeurs achats et de condisciples.

Avez-vous fait suivre des formations aux membres de votre équipe ?

J'ai repris le service marchés publics de l'Inpi en janvier 2014 pour le transformer en service achats.
L'accompagnement du changement en termes de formation a été fait sur trois axes : la formation des acheteurs sur leurs nouvelles activités (définition du besoin, sourcing, négociation et ­performance pendant toute l'année 2014 avec des formations interentreprises), le coaching des acheteurs (avec le cabinet CKS Public spécialisé en achats publics et privés) sur les nouvelles activités pour développer leur expertise de manière plus ciblée (définition des besoins sur une demi-journée de coaching et négociation sur la même durée), et des formations obligatoires pour les prescripteurs sur demande de la direction générale, soit 130 personnes prescriptrices à l'achat formées à la définition du besoin et à la négociation.

Anne-Sophie David

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Sur le même sujet

Retour haut de page