En ce moment En ce moment

Big data: beaucoup de bruit pour... quel gain?

Publié par le

Je m'abonne
  • Imprimer

Une vision à 360°

Ne pas déduire de cela que le big data est l'affaire d'une poignée d'initiés en entreprise. Transformée en leviers actionnables, elle a vocation à impacter l'entreprise dans sa globalité.

La preuve est fournie par Gares et Connexions. Acteur majeur de la révolution big data en France, la dernière née des branches de la SNCF, qui a pour mission la rénovation et le développement commercial des gares du réseau, ainsi que la mobilité et la sécurité des voyageurs, s'est lancée en début d'année dans le projet Magnolia. Grâce à l'utilisation de solutions analytiques fournies par SAS, l'acteur du big data retenu comme fournisseur, ce projet vise notamment à mieux comprendre les flux des utilisateurs des services ferroviaires, qui sont deux milliards à transiter chaque année en gare.

Un objectif qui passe, dans un premier temps, par un traitement big data de la somme des retours clients collectés par voie de questionnaires depuis 2010... et jusque-là disponibles sous format Excel. À terme, Gare et Connexions ambitionne d'exploiter les données des réseaux wi-fi déployés en gare pour guider sa stratégie globale. "Grâce à ce projet analytique et à la plus grande visibilité qu'il permet d'acquérir, il est permis de tabler sur une réduction notable des niveaux d'incertitude dans les choix opérés en matière de développement, d'aménagement ou de tarification, tant au niveau marketing et commercial qu'au niveau des opérations en gare, et, en conséquence, une augmentation du retour sur investissement", explique Georges Colin, expert big data au sein de la DSI voyageurs et responsable de la supervision du projet. Qui pointe du doigt un des secrets d'une révolution big data fructueuse: sa vision à 360°.

"Faire parler les données peut être très vite créateur de valeur"

Le cabinet de conseil EY (anciennement Ernst & Young) voit dans la donnée une mine d'or, encore sous-exploitée par les entreprises françaises. En témoigne son acquisition, officialisée le 6 octobre dernier, de Bluestone Consulting, spécialiste de la "data science". Explications de Karim Ben Djemiaa, associé EY.

Où en sont les entreprises françaises vis-à-vis du big data?

Il y a trois ou quatre ans, peu de personnes avaient entendu parler de big data. S'en est suivie une phase de buzz, portée par l'intérêt des médias, qui a donné naissance en réaction à ce que j'appelle le "data skepticism". À savoir que beaucoup se sont demandé: "Qu'est-ce qu'il y a derrière ce beau concept?" Aujourd'hui, toute entreprise digne de ce nom met le big data au coeur de sa stratégie.

La maturité des réflexions engagées autour de ce thème est, elle, plus variée. Certaines entreprises ont une démarche déjà très aboutie; d'autres en sont encore à se poser
des questions telles que comment se lancer dans l'aventure big data et, surtout, pourquoi?

Quels conseils donnez-vous à ces entreprises?

S'il n'y a pas de réponse type, il existe quelques principes de base. Pour exploiter au mieux leur capital data, les entreprises disposent de données qui sont en général très silotées. Certaines viennent d'un CRM, d'autres sont captées par les machines industrielles ou proviennent encore des réseaux sociaux. Elles sont stockées dans des systèmes différents et sont gérées par des services différents. Or, rapprocher ces données et les faire parler peut être très vite créateur de valeur. Pour casser les silos, l'impulsion doit venir du top management.

Deuxièmement, il faut se poser la question du pourquoi. Faire du big data n'est pas une fin en soi. Avant toute chose, il faut donc s'engager dans une réflexion sur la finalité en optant pour une approche très agile. Il est recommandé de monter des pilotes, de mesurer leur ROI. Il importe de s'entourer de "data scientists" qui ont les compétences pour maîtriser les facettes de la data et interagir avec les autres métiers.

Comment envisagez-vous le futur du big data?

Nous sommes en train de créer un laboratoire, appelé Innovation Lab. Objectif: faire de la R&D et du développement de pilotes en vue de faire évoluer notre propre métier. C'est une manière de pratiquer ce que nous prêchons auprès de nos clients, en mettant en place des équipes transversales au mode de fonctionnement intrinsèquement agile.

>> Pour aller plus loin, découvrez l'article "Big data : la voie des achats intelligents"

Charlotte Marchalant

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Par Manutan

Si la plupart des entreprises tire aujourdhui profit des donnees relatives leurs achats strategiques 79 admettent ne pas avoir de vision globale [...]

Sur le même sujet