Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

[INFOGRAPHIE] Secteur du Facility Management : quelle gestion des achats de classe C ?

Publié par le | Mis à jour le

Après le secteur de la construction puis celui des transports et de l’entreposage, le tout dernier baromètre Manutan des achats de classe C s’intéresse de plus près au Facility Management. Réalisée de janvier à décembre 2020, l’étude met en lumière un secteur impacté de façon disparate par la crise sanitaire.

  • Imprimer

Les acteurs du Facility Management opèrent une gestion relativement structurée de leurs achats de classe C, avec une note globale Savin’side® de 3/5. Alors que la crise sanitaire a fortement impacté leur consommation en matière d’achats de classe C, deux principaux axes d’amélioration subsistent : la rationalisation du portefeuille fournisseurs et la digitalisation des transactions.

> Téléchargez l’étude complète

L’étude en détail

Dans ce baromètre, six principaux axes sont passés au crible :

La rationalisation des fournisseurs

Les FMers n’exploitent pas pleinement l’étendue de l’offre de leurs fournisseurs. En effet, ils sollicitent davantage des distributeurs généralistes pour la sécurité, l’entrepôt, le bureau, l’hygiène ainsi que les fournitures industrielles et l’outillage mais s’adressent plutôt aux fournisseurs spécialistes quand il est question d’emballage, d’espace extérieur et de restauration. Des résultats à pondérer car les produits liés à la Covid-19 représentent pas moins de 15 % du chiffre d’affaires du secteur sur l’année passée.

L’optimisation produits

Les entreprises du Facility Management consomment en moyenne 34 % de produits haut de gamme. Une tendance revue à la hausse suite à la Covid-19 qui a conduit les entreprises à acheter des produits critiques dans l’urgence, sans véritablement pouvoir choisir le niveau de gamme adapté à leurs besoins.

La digitalisation des transactions

Alors que les FMers ont initié leur transformation digitale, il reste encore du chemin à parcourir sur la digitalisation de leurs propres processus achats. En effet, seules 19 % des commandes et des factures sont dématérialisées.

L’optimisation de la logistique

Sans aucun doute, il s’agit du point fort de la filière. Aucune entreprise n’enregistre plus de trois livraisons ou réceptions par semaine, chiffre de référence pour les achats de classe C.

Le déploiement de l’accord

A date, plus d’un tiers des sites étudiés exploitent pleinement leur contrat, au vu de leurs dépenses par employé et par an.

Le pilotage de la qualité

Le secteur enregistre un taux de service de l’ordre de 86 % (analyse les réclamations à tous les niveaux. Plus le taux de service est élevé, plus la prestation est considérée comme satisfaisante). Encore une fois, la pandémie et le manque de digitalisation impactent les résultats avec une hausse des délais de livraison ainsi que des erreurs produits et de facturation.

 

Malgré les conséquences inhérentes à la crise sanitaire, les FMers opèrent une gestion relativement structurée de leurs achats de classe C. Alors que les niveaux de gamme de produits et les taux de service devraient naturellement se rééquilibrer avec le temps, les entreprises peuvent d’ores et déjà approfondir leur démarche TCO (Coût Total d’Acquisition).