Infographie | Approche TCO appliquée aux achats sauvages : jusqu’à 30 % d’économies

Publié par le | Mis à jour le

Les achats sauvages (non stratégiques et non récurrents) concentrent des coûts cachés non négligeables, pouvant représenter jusqu’à deux tiers du coût total d’acquisition de certains produits. Dès lors, il convient d’adopter une démarche TCO (Total Cost of Ownership*)…

  • Imprimer

Les achats sauvages, source de coûts cachés

Les achats sauvages représentent l’ensemble des produits et services dont une entreprise a besoin de façon ponctuelle et irrégulière pour fonctionner au quotidien.

Ils sont nommés ainsi car leur gestion est en général peu déstructurée au sein des entreprises et ces achats sont souvent réalisés dans l’urgence. En d’autres termes, ils ne respectent pas les processus mis en place et échappent au contrôle des Directions des Achats. Cela peut prendre des formes diverses et variées : fournisseur non-référencé, canal non-approuvé, prix non-négocié…

Les entreprises en paient le prix fort ! Alors qu’ils ne représentent que 20 % du volume total des achats indirects, les achats sauvages concentrent 80 % des coûts administratifs. Une problématique qui devient dès lors urgente à adresser à travers une démarche TCO, prenant en compte l’ensemble des coûts associés à un produit…

Achats sauvages VS démarche TCO

Faisons l’expérience avec l’achat d’une simple poubelle. Deux solutions possibles se présentent à l’utilisateur interne qui a besoin d’acheter ce produit dans un délai imparti :

                1. Acheter le produit auprès d’un fournisseur référencé, avec qui les prix ont été préalablement négociés via une solution digitale, type Punch-Out.

                2. Se rendre dans un magasin de proximité avec son propre véhicule puis envoyer sa note de frais au service comptabilité

A première vue, le prix facial de la poubelle achetée auprès du magasin de proximité (44,90 €) semble plus avantageux que celui du fournisseur sélectionné par la Direction des Achats (66,25 €). Mais c’est sans compter l’ensemble des coûts cachés, caractéristiques des achats sauvages, qu’entraîne cette opération hors processus : coût horaire du collaborateur qui cherche le produit sur les sites des magasins environnants (22 €), coût de déplacement en voiture (2,5 €), coût de gestion de la note de frais (53 €)…

Finalement, si l’on adopte une approche TCO, l’addition s’inverse !

En suivant les processus mis en place et en s’adressant au bon interlocuteur, l’utilisateur réalise alors jusqu’à 30 % d’économies.

Cependant, si l’approche TCO est plébiscitée au sein des Directions des Achats, elle reste souvent mal appréhendée par les utilisateurs en interne. Dès lors, il convient de sensibiliser ces derniers aux enjeux et impacts qu’induisent leurs processus achats au sein de leur entreprise.

 

* Coût Total d’Acquisition

Autres articles proposés