En ce moment En ce moment

Pour Sepur, le carburant se doit d'être plus vert

Publié par le - mis à jour à
Pour Sepur, le carburant se doit d'être plus vert
© malp - Fotolia

Poste de dépenses conséquent, le carburant est pour Sepur un levier environnemental sur lequel les marges de progression sont importantes. Depuis la maîtrise de la consommation jusqu'à la composition énergétique.

Je m'abonne
  • Imprimer

Première entreprise de collecte de déchets ménagers en Île-de-France, Sepur voulait montrer l'exemple sur le volet environnemental, en réduisant son empreinte carbone. Forte d'une flotte de 1 500 véhicules, dont 1 200 bennes à ordures ménagères, répartie sur trente dépôts, l'entreprise s'est d'abord évertuée à acheter mieux et moins cher son carburant qui représente un coût annuel de 12 millions d'euros. Elle a assuré la traça bilité de ses approvisionnements par le biais de cartes carburants et / ou en faisant l'acquisition de cuves en propre. "Cet investissement se justifie à partir d'une vingtaine de poids lourds", précise Philippe Crassous, directeur achats de Sepur.

Suivant cette démarche, l'entreprise se tournait, à partir de 2018, vers le service de livraison de carburants à la demande de Tankyou. "Cela constituait aussi un moyen de limiter les dérives et les fraudes au carburant ; le juste plein des camions, qui tient compte du kilométrage à parcourir dans la journée, étant opéré vers 5 heures le matin, avant le départ de la tournée", précise Philippe Crassous. Après un an de partenariat et quatre sites livrés par Tankyou, Sepur enregistrait une baisse de 3,4 tonnes de CO2, uniquement liée à l'absence de déplacement des véhicules en station.

Montée en compétences

Aujourd'hui, six dépôts sont approvisionnés en carburant par les utilitaires de Tankyou selon un planning établi. "Cette solution logistique a été plus complexe à mettre en oeuvre que les cartes carburant, mais elle n'apporte que des bénéfices en termes d'approvisionnement. C'est un échange gagnant-gagnant puisque Tankyou peut ainsi faire fonctionner ses utilitaires sur des créneaux habituellement peu demandés par sa clientèle B toC". La maîtrise de la consommation s'en trouve améliorée, centralisée et dématérialisée. Son suivi aussi, puisque Sepur peut consulter en temps réel, depuis un compte dédié en ligne, ses factures, l'évolution de son empreinte carbone et sa passation de commandes ; lui conférant l'agilité nécessaire pour déterminer de manière prédictive les pleins futurs. "Malgré un surcoût de service de 1%, nous économisons jusqu'à 3% en net sur le volume consommé. Sur le Val d'Oise, ce sont près de 11 000 litres annuels qui ont ainsi cessé de disparaître". Des économies indirectes, liées au temps économisé par le personnel qui n'a plus à se rendre en station-service, sont également à noter.

Défi d'avenir

Un septième dépôt pourrait être approvisionné dans les mois à venir. Depuis l'été 2019, l'expert en solutions de propreté se fait également servir en gaz de ville, de manière plus épisodique, en cas de panne sèche. "Nous travaillons progressivement avec Tankyou à déployer de nouveaux services qui, in fine, pérennisent son modèle économique". D'ici à 2025, Sepur va continuer le déploiement de sa politique de mobilité verte et s'est fixé comme objectif de parvenir à zéro pétrole, et de s'approvisionner exclusivement en énergies renouvelables. "Il sera atteint à 95 %, quelques camions, pour des raisons techniques, ne pouvant pas être aussi rapidement basculables. Nous sommes déjà à 40 % de véhicules à énergie propre (électrique ou GNV). Pour atteindre cet objectif, dorénavant, tout véhicule poids lourd en fin de vie est remplacé par un modèle fonctionnant au gaz". Pour accompagner cette transformation énergétique, la société compte fermer deux de ses cuves en propre en gasoil cette année ; l'objectif est d'acrroître la consommation en gaz de ville avec l'installation de stations dédiées. Elle pourrait aussi recourir aux biocarburants. Plus globalement, depuis novembre 2019, tout cadre nouvel entrant se voit remettre une voiture électrique, en lieu et place d'un modèle fonctionnant avec un moteur à essence. Et Philippe Crassous de conclure : "En tant qu'acteur de l'environnement, nous devons nous prévaloir d'une flotte vertueuse".

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Fanny Perrin d'Arloz

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet