En ce moment En ce moment

Infographie Le top 8 des prévisions de cyber-sécurité pour 2014 selon WatchGuard

Publié par le

WatchGuard Technologies a publié ses prévisions annuelles de cyber-sécurité pour 2014, avec des risques portant notamment sur le domaine des rançongiciels (ransomware), sur des piratages visant l'Internet des objets, et sur des attaques ciblant les infrastructures stratégiques.

  • Imprimer

Un scénario catastrophe hollywoodien pourrait-il se produire ? Le portail Healthcare.gov sera-t-il attaqué ? Doit-on s'attendre à l'apparition de nouveaux CryptoLocker ? " Entre le développement de botnets par des agences gouvernementales opérant dans l'ombre, les importantes failles de sécurité comme celle subie par Adobe et les logiciels malveillants particulièrement nuisibles de type CryptoLocker, 2013 aura été une année éprouvante pour les spécialistes de la cyber-sécurité ", commente Corey Nachreiner, Directeur de la stratégie de sécurité de WatchGuard Technologies. " Cependant, grâce aux nouveaux outils de visibilité désormais disponibles, 2014 devrait être l'année de la visibilité en matière de sécurité. Le paysage des menaces continue certes à évoluer à un rythme effréné en raison de l'apparition de nouvelles techniques évoluées d'exploitation des vulnérabilités et de l'orientation des criminels vers de nouvelles cibles. Néanmoins, les professionnels de la sécurité devraient pouvoir utiliser ces nouveaux outils de visibilité afin de faire, à nouveau, pencher la balance de la cyber-guerre en leur faveur. "

Les principales prévisions de WatchGuard pour 2014 en matière de sécurité :

1. Le portail américain des assurances maladie sera la cible de nombreuses attaques : WatchGuard s'attend à ce que le site américain Healthcare.gov subisse au moins une violation de données en 2014. Du fait de sa popularité et de la valeur des données qu'il stocke, Healthcare.gov constitue une cible particulièrement attractive pour les cybercriminels. En réalité, cette violation a, dans une certaine mesure, déjà débuté. Différents chercheurs en sécurité ont d'ores et déjà mis en évidence plusieurs incidents mineurs (indices d'attaques avortées contre des applications Web, tentatives d'attaque en déni de service (DDoS), etc.).

2. Le développement du cyber-kidnapping accroît les profits des pirates : Les rançongiciels, une nouvelle classe de logiciels malveillants dont le but est de prendre en otage un ordinateur, ont vu leur nombre augmenter régulièrement ces dernières années, mais une variante particulièrement nuisible a fait son apparition en 2013 : CryptoLocker. Rien que cette année, il a touché plusieurs millions de machines, avec un fort retour sur investissement pour les cybercriminels d'après les estimations. WatchGuard s'attend à ce que de nombreux cyberdélinquants tentent d'imiter en 2014 le succès de CryptoLocker, en copiant ses techniques et son mode de fonctionnement. WatchGuard prévoit ainsi une multiplication des rançongiciels en 2014.

3. Un scénario catastrophe hollywoodien : En 2014, une attaque majeure commanditée par un gouvernement hostile et exploitant les failles d'une infrastructure stratégique pourrait bien transformer un film d'Hollywood en réalité tragique. Et ce, même lorsque les systèmes ciblés ne sont pas connectés à un réseau. Le ver Stuxnet, si souvent montré du doigt, a en effet prouvé que des cyber-attaquants motivés pouvaient infecter une infrastructure non reliée à un réseau avec des résultats potentiellement désastreux. Des chercheurs ont consacré plusieurs années à étudier les vulnérabilités des systèmes de contrôle industriel (ICS) et des solutions de supervision et d'acquisition de données (SCADA), et ont découvert que ces systèmes présentaient de nombreuses vulnérabilités.

4. L'Internet des objets, nouvelle cible des hackers : WatchGuard s'attend à ce que, l'an prochain, les hackers, qu'ils soient white ou black hat, consacrent plus de temps aux terminaux informatiques non traditionnels comme les voitures, les montres, les jouets et le matériel médical. Si les experts en sécurité informatique insistent depuis plusieurs années sur la nécessité de sécuriser ces périphériques, il semble que le marché n'en réalise l'importance que maintenant. WatchGuard s'attend donc à ce que les hackers s'attachent fortement en 2014 à détecter les failles de ces objets connectés, que ce soit pour les combler ou pour les exploiter.

5. 2014 sera l'année de la visibilité : Ces dernières années, les cybercriminels sont parvenus à pénétrer les défenses de très grandes entreprises malgré l'utilisation de pare-feu et d'antivirus. L'ancienneté des systèmes de défense en place, la mauvaise configuration des contrôles de sécurité et la surabondance de journaux de sécurité ne permettent pas aux professionnels de protéger efficacement leur réseau et de détecter les événements réellement importants. WatchGuard prévoit qu'en 2014 de plus en plus d'entreprises déploieront des outils de visibilité afin de faciliter l'identification des vulnérabilités et la mise en place de stratégies de protection renforcée des données stratégiques.

6. Attaquer la " chaîne de confiance " sera une technique de choix pour atteindre les cibles les plus difficiles : Si les victimes les plus prestigieuses, telles que les administrations ou les entreprises du CAC 40, bénéficient d'un dispositif de sécurité plus important, ce n'est pas pour autant qu'elles parviendront à arrêter les pirates motivés et patients, qui s'attaqueront au maillon faible de la " chaîne de confiance " de l'entreprise : les partenaires et les sous-traitants. Les cybercriminels les plus doués visant désormais des cibles plus complexes, il faudra s'attendre en 2014 à une exploitation grandissante des vulnérabilités de la " chaîne de confiance ", les pirates s'attaquant aux partenaires pour atteindre l'entreprise.

7. Les attaques deviendront plus nuisibles : La plupart des cyber-attaques et des logiciels malveillants ne sont pas volontairement destructeurs. En effet, lorsqu'un cybercriminel détruit l'ordinateur de sa victime, il ne peut plus accéder à ses ressources. Cependant, l'évolution du profil des pirates fait désormais de la cyber-destruction un objectif valable dans un nombre croissant de cas. Les cybercriminels peuvent également se rendre compte que la menace d'une destruction imminente contribue à améliorer les chances de succès de l'extorsion, comme le compte à rebours utilisé par CryptoLocker pour effrayer les victimes et les amener à coopérer. WatchGuard s'attend ainsi à observer une multiplication des vers, chevaux de Troie et virus destructeurs en 2014.

8. De technicien à psychologue du cybercrime : Ces dernières années, les attaquants avaient clairement l'avantage sur les défenseurs, s'appuyant sur des tactiques d'esquive et des techniques plus sophistiquées pour pénétrer des défenses vieillissantes. Cependant, le vent est en train de tourner. En 2014, les défenseurs accèderont plus facilement aux solutions de sécurité de nouvelle génération et aux fonctionnalités de protection avancée, rééquilibrant le rapport de force. Mais les cybercriminels n'abandonneront pas facilement la partie. On peut s'attendre à une évolution de leur stratégie, qui sera sans doute moins focalisée sur l'avantage technique et plus sur les faiblesses de la nature humaine. En 2014, attendez-vous à ce que les attaquants privilégient la psychologie à la technologie, en s'appuyant sur la culture populaire et sur différentes techniques (emails d'hameçonnage convaincants, par exemple) pour cibler le maillon le plus faible de la chaîne : l'utilisateur.

Jérôme Pouponnot

Jérôme Pouponnot

Journaliste

Journaliste dans la presse professionnelle depuis 1999, j’ai exercé dans l’univers de la relation client et du marketing direct jusqu’en 2012. Rattaché [...]...

Voir la fiche
Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet