Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Le transport routier face à la crise sanitaire

Publié par Dalila Bouaziz le | Mis à jour le
Le transport routier face à la crise sanitaire
© carloscastilla - stock.adobe.com

Les donneurs d'ordre face à la crise bp2r et l'AUTF publient leur étude annuelle auprès de la communauté des chargeurs sur la conjoncture du transport routier.

Je m'abonne
  • Imprimer

L'étude annuelle de bp2r (acteur du conseil et de l'audit en supply chain) et l'AUTF (Association professionnelle des chargeurs) révèle des résultats inédits en raison de la crise sanitaire. Les volumes transportés en 2020 sont en baisse, en particulier dans les secteurs de l'automobile et de l'énergie. La transformation digitale et la RSE restent des enjeux majeurs pour le secteur, qui prend conscience des attentes sociétales croissantes des entreprises, et de la nécessité de s'adapter aux prochaines obligations réglementaires.

Des volumes en forte baisse

Sans surprise, les donneurs d'ordres sont nombreux à rapporter des volumes en forte baisse. Ils sont 26% à rapporter une forte récession, contre seulement 3% l'an dernier. Les destinées sont diverses d'un secteur à l'autre. L'ameublement, l'e-commerce, la pharmacie et les grandes surfaces tirent leur épingle du jeu, là où l'automobile ou l'énergie (et en particulier le pétrole ) ont énormément souffert. En revanche, la plupart des secteurs s'attendent à un rebond pour 2021. Les répondants sont 63% à attendre une croissance des volumes en 2020, contre 58% l'an dernier.

La chute des volumes a bien évidemment eu des effets sur la capacité : les répondants sont 19% à juger le marché surcapacitaire, 11 points de plus que l'an dernier. En revanche, 59% des répondants considèrent toujours que le marché est à l'équilibre.

Si des divergences existent entre les segments de transport, c'est surtout sur l'international que la situation est singulière : par exemple, 45% des chargeurs déclarent avoir rencontré des difficultés capacitaires à l'import.

En dépit des circonstances extrêmement difficiles, la qualité du transport ne semble pas avoir souffert. Le taux de report et d'annulation rapporté par les chargeurs est quasiment identique à l'an dernier, à 4,42%. La satisfaction globale des chargeurs vis-à-vis des transporteurs est proche de celle exprimée l'an dernier, avec une légère dégradation toutefois pour les acteurs du colis, dont on sait qu'ils ont été particulièrement sollicités lors des deux confinements.

Coûts et prix : trajectoires contraires

Sans trop de surprise, les transporteurs semblent s'être concentrés sur le maintien de leur portefeuille clients. Ceux-ci n'ont donc pas subi de revalorisation tarifaire en 2020 : les tarifs sont en stagnation, avec une hausse moyenne de 0,17% seulement.

Toutefois, les donneurs d'ordres ont accepté des mesures ponctuelles de soutien qui représentent une hausse de leurs coûts de transport de 1,3%. Ces derniers ont par ailleurs été largement affectés par les mesures prises à cause de la crise, et notamment sanitaires. Les coûts logistiques interne (hors achat transport) ont subi de ce fait une hausse de 4,1% en moyenne.

Quelles orientations pour les achats ?

Les priorités des chargeurs dans le choix de leurs prestataires n'ont pas été bouleversées par la crise. La qualité de service reste toujours le critère numéro 1. En revanche, le changement de rapport offre/demande dans bon nombre de secteurs a provoqué un focus particulier sur les tarifs au détriment de l'engagement capacitaire. Malheureusement la politique RSE des chargeurs fait également les frais de cette donne : avec une note d'importance de 2,5/8 contre 3,6 l'an dernier, cela reste un critère secondaire.

Enjeux et leviers clés pour 2021

L'enjeu numéro 1 des chargeurs est la qualité de service avec une note de 4,2 sur 5 et elle est citée en première ou deuxième priorité - sur cinq - par 80% des répondants. Les coûts et la combinaison résilience/agilité suivent avec une note sur cinq de 3,2 et 2,9 respectivement.

En termes de leviers, les chargeurs se concentrent avant tout sur les basiques. On peut souligner que travailler la relation avec les transporteurs est très largement en tête des leviers d'action envisagés par les donneurs d'ordres. Ce levier est en effet cité par 83% des industriels et 72% des distributeurs.

Les autres priorités sont l'optimisation du taux de remplissage et le déploiement d'outils tactiques de pilotage et de simulation (cités tous deux par 52% des donneurs d'ordres). Au rang des leviers également cités régulièrement, on peut mettre en avant le recours accru aux véhicules propres par les distributeurs (41%) ou encore le recours au multimodal (37%) ou à la mutualisation (31%) par les industriels.

Il faut savoir qu'en en moyenne, la transformation digitale et la RSE restent en retrait. Fait nouveau toutefois, la RSE est citée en première ou deuxième position par près de 25% des répondants, ce qui est loin d'être anecdotique : devant faire face à la crise, les chargeurs dédient un maximum de ressources à consolider leur transport, tout en ayant conscience, notamment dans les grandes entreprises, de la montée croissante des attentes sociétales et des obligations réglementaires qui se profilent.

Méthodologie :

Du 15 janvier au 4 février 2021, 164 chargeurs français ont participé à ce sondage comportant 45 questions Les chiffres des années précédentes proviennent des précédents sondages menés auprès d'un panel similaire.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande