En ce moment En ce moment

Achats de télécom: "L'Indoor est la plus grande zone blanche existante"

Publié par le - mis à jour à
Achats de télécom: 'L'Indoor est la plus grande zone blanche existante'
© © Rido

Pour les entreprises et les administrations publiques qui en font la demande, les opérateurs mobiles ont l'obligation depuis fin 2018 de commercialiser, à un tarif raisonnable, une offre permettant d'assurer une couverture mobile multi-opérateurs à l'intérieur des bâtiments.

Je m'abonne
  • Imprimer

Nombre de bâtiments, abritant entreprises ou administrations publiques, ne peuvent aujourd'hui recevoir les communications mobiles. Face à ce constat, l'Association française des utilisateurs de télécommunications souhaite provoquer un électrochoc. Dans ce but, son club des entreprises connectées, le Crestel, a organisé à la mi-novembre une conférence sur les communications Indoor mobile et sans fil. "L'intérieur des bâtiments fait partie des zones blanches* et la question est de savoir comment on en est arrivés là", a déclaré Bastien Champion, investisseur infrastructures numériques pour le fond de la Caisse des dépôts. D'après lui, les projets de construction et de rénovation doivent désormais intégrer le volet télécom, d'autant qu'avec l'explosion des usages du mobile, les utilisateurs ne tolèrent plus de se retrouver sans débit dans des bâtiments et transports.

La Banque des Territoires (groupe Caisse des dépôts) a réalisé une étude sur "la connectivité sans fil en intérieur : quelles solutions pour les usages actuels et futurs ?" (voir le rapport, cliquer ici). et... "Le secteur du bâtiment n'a pas du tout conscience de la nécessité d'installer un réseau de communication sans fil, et de préférence au moment où le bâtiment se construit", a souligné Bastien Champion. Les conséquences d'un déploiement a postériori peuvent pourtant s'avérer très lourdes : surcoûts des travaux, dégradations potentielles des finitions, conception sous optimale de la solution ou encore retards des contrats de bail.

Si les solutions techniques existent, des blocages subsistent qui sont la faible mutualisation des infrastructures déployées en zone privée et le manque d'articulation des acteurs (intégrateurs, équipementiers, opérateurs mobiles et alternatifs). "Le marché est sous-développé, a déclaré Bastien Champion. Sous conditions d'un électrochoc amenant à un taux de pénétration de 40%, il pèserait plus d'un milliard d'euros par an à partir de 2022 quand il se situe aujourd'hui à quelque 60 millions d'euros". Il l'affirme, la Caisse des dépôts et consignations peut participer à des projets et investir pour aider à ce décollage.

Les actions de l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes

"L'Arcep oeuvre également pour la couverture Indoor des bâtiments, a déclaré Lénaïg Catz, cheffe de l'unité Régulation des marchés mobiles à l'Arcep. Pour les entreprises et les administrations publiques qui en font la demande, les opérateurs mobiles ont l'obligation depuis fin 2018 de commercialiser, à un tarif raisonnable, une offre permettant d'assurer une couverture mobile multi-opérateurs à l'intérieur des bâtiments pour les occupants et les visiteurs de ces bâtiments". Il s'agit de solutions de voix sur Wi-Fi, SMS sur Wi-Fi et de systèmes d'antennes distribuées (DAS). Depuis ces derniers mois, l'Arcep travaille par ailleurs sur l'attribution des fréquences 3,5 Gigahertz pour la 5e génération de téléphonie mobile. "Les modalités d'attribution des fréquences que nous avons publiées prévoient, côté opérateurs, des engagements sur la partie Indoor, car nous avons constaté un manque de transparence, précise Lénaïg Catz. Lorsque le propriétaire d'un bâtiment installait un système de couverture Indoor, il n'avait pas l'assurance que les opérateurs mobiles allaient y raccorder leur réseau et les conditions financières n'étaient pas claires. Nous avons donc demandé aux opérateurs d'assurer ce raccordement et d'en publier les modalités tarifaires."

Préconisations de l'AFUTT

"Dans 70 à 80% des situations où on utilise son smartphone, on se trouve en zone Indoor dans un bâtiment, a pour sa part déclaré Bernard Dupré, président de l'AFUTT. Or, quand on regarde les cartes de couverture des réseaux mobiles qui indiquent les zones blanches, on constate que celles répertoriées sont toutes des zones extérieures (Outdoor). On ignore où sont les zones Indoor non couvertes alors que la plus grande zone blanche existante est l'Indoor". Une situation incompréhensible alors même que l'usage du téléphone mobile est de plus en plus important. Bernard Dupré estime que la première action à mener est de développer l'usage de la voix sur Wi-Fi. Pour la favoriser, l'AFUTT a conçu une fiche pédagogique détaillée. "Si cette solution n'est pas forcément adaptée à des grands immeubles et à de larges zones à couvrir, elle convient aux commerçants, aux PME et au TPE, a-t-il précisé. Mieux qu'une solution femtocell (ndlr : station de base destinée à améliorer la couverture Indoor d'un réseau mobile), qui est mono opérateur".

* Zones non couvertes par un réseau de téléphonie mobile

Je m'abonne

Patricia Dreidemy

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet