En ce moment En ce moment

Banque de France, Maif, Swiss Life et Humanis : quelle est leur politique papier ?

Publié par le
Banque de France, Maif, Swiss Life et Humanis : quelle est leur politique papier ?

  • Imprimer

Humanis, "10 à 20 % des critères sont environnementaux ou sociaux selon les appels d'offres"

Vincent Cahour, directeur du développement durable : "Humanis est le fruit de la réunion, en janvier 2013, de trois groupes - Aprionis, Novalis Taitbout, et Vauban Humanis, qui n'avaient ni les mêmes pratiques, ni les mêmes outils à disposition. Sur la politique papier, notamment, nous allons nous attacher à harmoniser les pratiques de l'ensemble des collaborateurs. Modéliser notre politique, et mettre en place un outil de suivi, nous donnera ainsi une bonne vision d'ensemble et nous permettra de sensibiliser les gens en interne sur des points de vigilance. Il est important que les collaborateurs puissent voir directement l'impact de leurs réalisations.

Consommation : 34 kg / employé

Dans cette logique d'harmonisation, un appel d'offres est en cours pour la généralisation d'imprimantes départementales, à raison d'une pour quinze à vingt personnes. Le déploiement devrait démarrer en juin 2015 et sera soutenue par une campagne de sensibilisation. Sur certains de nos sites, des bonnes pratiques comme le recto verso par défaut, l'utilisation d'un papier moins grammé, ou l'impression sécurisée, est déjà effectif. Nous tenons également compte de l'écoconception des machines, et vérifions auprès des industriels le taux de réutilisation des pièces des imprimantes et copieurs multifonctions. Selon les sujets, de 10 à 20 % des critères des appels d'offre sont environnementaux ou sociaux.

Achats durables : 30 %

En 2015, un appel d'offres commun sur le papier doit également être mené. La qualité du papier recyclé est une priorité : le grammage et le taux de recyclage vont être prioritairement étudiés. Nous utilisons actuellement, en majorité, des papiers en provenance de forêts gérées durablement (FSC ou PEFC), qui garantissent la traçabilité du bois. La notion de taux de matière recyclée n'est pas suffisamment pris en compte, nous devons l'améliorer.

Les achats sont sollicités, car il existe une vraie volonté de réduire le nombre de fournisseurs, à la suite de la fusion des trois groupes. À cela s'ajoute le fait qu'au sein de chaque structure, plusieurs acteurs commandaient les mêmes produits. Les achats participent à l'optimisation des coûts, mais aussi du cahier des charges, et aident à être plus professionnels sur l'appel d'offre, l'établissement et le suivi des contrats.

Recyclage : 90 %

Du côté du recyclage, nous devons harmoniser le tri sélectif à travers nos sites. Nous recyclons 90 % du papier bureautique. Nous réalisons partiellement le recyclage des gobelets ou bouteilles en plastique, des canettes, des stylos, et envisageons celui des mégots de cigarette.

Le bilan

Nous réfléchissons à la mise en place d'un label de certification, comme HQE exploitation. C'est l'une des recommandations faites par WWF et Riposte Verte, avec la sensibilisation et la formation des collaborateurs, l'affichage d'une politique papier et le calcul de la consommation de papier bureautique. En ce sens, nous souhaitons communiquer de façon positive, en valorisant les résultats obtenus, par exemple. Ce peut-être à travers d'affiches ou de vidéos amusantes.

En participant au PAP 50, nous savions que nous n'étions pas exemplaires, mais il était important pour nous d'intégrer ce référentiel de benchmarking, et de bénéficier d'un suivi comparé par rapport aux autres acteurs de la banque et de l'assurance. Nous allons pouvoir suivre notre progression, et nous comptons bien parvenir dans le top 10 pour la prochaine édition."

Journaliste pour Emarketing.fr et le magazine Marketing, je parle souvent data, digital et médias sociaux. Et quand je me tais, je tweete : @FloSalgues [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet