En ce moment En ce moment

[Start-up sourcing] Marklix facilite l'impression 3D de pièces détachées

Publié par Lisa Henry le - mis à jour à
[Start-up sourcing] Marklix facilite l'impression 3D de pièces détachées
© ©_nastassia - stock.adobe.com

La start-up aixoise Marklix propose l'impression 3D de pièces détachées, afin de remédier à l'obsolescence de l'électro-ménager. Elle accompagne les fabriquants dans la transition vers cette nouvelle technologie anti-gaspillage.

Je m'abonne
  • Imprimer

51% des fabricants déclarent ne pas intégrer l'impression 3D par manque de connaissances de cette nouvelle technologie, et 59% à cause du coûts d'acquisition de l'équipement. C'est face à ce constat, et pour lutter contre l'obsolescence de l'éléctroménager, que la start-up aixoise Marklix propose une solution permettant aux fabricants de digitaliser une partie de leurs stocks et de les mettre en relation avec des professionnels de l'impression 3D. Une solution anti-gaspillage en phase avec la récente entrée en vigueur de l'amendement CD 1308, obligeant les fabricants d'un bien à mettre à disposition des vendeurs ou des réparateurs les plans de fabrication par impression 3D des pièces détachées indispensables à son fonctionnement.

Grâce à un réseau de partenaires labellisés, la production des pièces détachées est systématiquement confiée au prestataire situé le plus près possible de la commande. L'impression 3D permet une fabrication à la demande, sans stockage. Elle propose aussi une grande variété de matériaux et de technologies permettant la fabrication d'un large panel de pièces, pour différents usages.

L'équipe de Marklix a conçu des algorithmes capables de détecter les défauts de conception, calculer les coûts de fabrication, et choisir les matériaux et technologies d'impression les mieux adaptés au bon fonctionnement de la pièce. L'entreprise commence également à développer une intelligence artificielle permettant d'identifier plus précisément l'imprimabilité en 3D d'une pièce et de guider les fabricants dans cette transition.

Les fichiers 3D envoyés par les fabricants sont protégés par une Blockchain privée réglant ainsi d'éventuels problèmes de fuite de propriété intellectuelle et de gestion de la responsabilité en cas d'accident ou de casse.


Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet