RSE : un vecteur d’innovation et de croissance

Publié par le | Mis à jour le

Par Dr. Natacha TREHAN Maître de Conférences à l’Université Grenoble Alpes

  • Imprimer

La pandémie du Covid a accéléré la transformation du monde. Désormais les enjeux RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) sont au cœur des stratégies des entreprises et des Etats. Le focus sur les émissions de CO2 n’a jamais été aussi important. L'Europe promet d'être neutre en carbone d'ici à 2050, la Chine en 2060 et les Etats-Unis reviennent dans l’accord de Paris. S’agissant des entreprises, pendant toute la décennie 2010, la RSE a plutôt été vécue comme une contrainte en réponse aux nombreuses législations (loi Sapin 2, loi sur le Devoir de Vigilance, loi Dodd-Frank, Foreign Corrupt Practices Act UK Bribery Act, Reach, RoHS…). La décennie 2020 et, avec elle, la crise COVID marquent un tournant : désormais les entreprises considèrent la RSE comme une opportunité de différenciation et de construction d’un avantage concurrentiel. Dans cette nouvelle dynamique, la fonction Achats est en première ligne. Il suffit de lire les déclarations de performance extra financière des entreprises : la fonction n’a jamais été autant citée et sollicitée !!! Elle sort d’une logique de réduction des coûts et d’impact sur l’EBITDA pour contribuer non seulement à la sécurisation de la supply chain mais aussi à la création d’un nouvel avantage concurrentiel. Preuve en est du passage de la Directrice Achats de l’Oréal au poste de Chief Sustainable Finance Officer au cœur des enjeux de cette notation extra-financière. 

L’autre point clé pour la fonction Achats est la fin des injonctions contradictoires à savoir réduire les coûts et acheter durable. Il est désormais ancré dans les esprits que l’on peut à la fois avoir un impact positif sur l’environnement et sur l’EBITDA ! Les meilleurs exemples sont ceux de la baisse des consommations énergétiques ou des matières utilisées, qui constituent des leviers clés d’optimisation des Achats. La Directrice Achats de Faurecia (interview de décembre 2020 dans Décision Achats) souligne, à ce propos, que la recherche d’une optimisation du TCO va désormais tendre vers une optimisation du TCO2

Les sujets sur lesquels la fonction Achats est sollicitée sont larges, ils vont bien au-delà des seuls impacts environnementaux. Désormais les 17 Objectifs de Développement Durables de l’ONU deviennent un cadre de référence universel de la RSE. Pour rappel, ils ont été signés par 193 pays en 2015. Ils constituent aujourd’hui les axes cibles de l’Agenda 2030. Grandes entreprises et PME se réfèrent désormais largement aux ODD dans la construction de leur stratégie RSE et dans les objectifs à atteindre (cf. résultats du Baromètre ODD et entreprises françaises 2020). De ce fait, la fonction Achats est sollicitée sur l’ensemble du spectre des 17 ODD. Cela va des enjeux de biodiversité, à l’inclusion, à la gestion énergétique, en passant par le bien-être au travail, l’économie circulaire, etc.

 

 

Comment la fonction Achats devient-elle un vecteur de croissance du chiffre d’affaires à travers des projets RSE ? 

Comment les Directeurs Achats s’inscrivent-ils au cœur des projets d’économie circulaire ? 

Comment l’innovation frugale constitue-t-elle une source inspirante d’économies et de développement durable ? 

Comment garantir sa « compliance » à l’échelle mondiale ? …

Voici quelques-unes des questions auxquelles nous allons répondre le 23 mars après-midi lors d’Ivalua Now « Procurement Rising », où j’ai le plaisir d’animer une table ronde avec 

  • Christophe RAYNAUD CPO, d’Elis, fournisseur international de solutions de location-entretien d'articles textiles, d'hygiène et de bien-être.
  • Pierre-Francois THALER, Co-Founder & Co-CEO d’Ecovadis, Plateforme d'évaluation des performances RSE et achats responsables
  • Eric BOURET, CPO de Bouygues Construction, leader de la construction durable présent dans 60 pays. 

 

Inscription pour un événement 100% digital : 

https://www.ivalua.com/now/europe/en/#agenda

Autres articles proposés