En ce moment En ce moment

" Nous demandons à nos fournisseurs de porter notre croissance "

Publié par le

  • Imprimer

> Pourquoi était-ce important pour Michelin d'obtenir ce label ?

Le groupe faisait déjà beaucoup en la matière. Lorsque la Médiation nous a suggéré de nous inscrire dans cette démarche, nous avons accepté car la Charte, puis le Label étaient, nous semble-t-il, en ligne avec nos valeurs et nos actions. En revanche, cela nous a forcés à mieux formaliser ce que nous faisions et, surtout, à mettre en place des indicateurs pour suivre nos réalisations. C'est dans ce cadre que nous nous sommes aperçus par exemple que nous n'avions pas de médiateur interne. Et même si les conflits avec les fournisseurs sont chose rare chez Michelin, mettre en place un médiateur est intéressant. Il a traité deux dossiers en 2016 qui tenaient plus de l'incompréhension que du conflit.

> Sur ce panel de 60 000 fournisseurs, combien sont considérés comme stratégiques, et comment les gérez-vous ?

Nous avons environ 600 fournisseurs stratégiques. Avec eux, nous développons une relation très normée : nous appliquons le processus Michelin de Supplier Relationship Management. Nous avons des réunions annuelles, des reportings normés, des feed-back réciproques. Nous demandons à nos fournisseurs de porter notre croissance, d'être fiables, au meilleur prix, de respecter notre code d'éthique et plus récemment d'intégrer la démarche d'innovation du groupe. Nous faisons régulièrement des audits chez eux pour nous assurer de la qualité de leurs produits.

> Comment trackez-vous l'innovation ?

La relation de partenariat à long terme dont je parlais tout à l'heure est aussi primordiale pour développer l'innovation. Car notre mission est de créer de la valeur pour le groupe à court et long termes et donc de capturer l'innovation. Les fournisseurs ont ici un rôle-clé. Nous pouvons être amenés à faire de la recherche en commun et du codéveloppement dans différents domaines. Nous cherchons à susciter l'innovation sur l'ensemble de notre scope achats. Nous avons mis en place un vrai processus destiné à capter l'idée, à la développer et à la mettre en oeuvre avec des équipes pluridisciplinaires.

Nous sommes soit sur de l'innovation dirigée - c'est-à-dire que nos recherches portent sur des thèmes précis déterminés en fonction de nos besoins et enjeux - soit sur de l'innovation ouverte, sur tous les domaines qui nous concernent. Nous avons un site internet dédié sur lequel les fournisseurs déposent leurs propositions. Nous nous engageons à répondre à toutes les suggestions. Et si nous retenons des projets, nous nous engageons à les développer en commun dans le cadre de programmes de recherche. En 2016, nous avons enregistré 95 propositions et nous en avons retenu 38. Sur ces 38, 27 font actuellement l'objet de groupes de travail mixtes composés de fournisseurs, de clients internes et de représentants de la R & D. Les sujets sont divers : éclairage, travail temporaire, machines, matériaux, etc. Notre rôle, aux achats, est de guider les fournisseurs, de capter et trier les suggestions au moyen d'outils spécifiques (site web dédié, journée de l'innovation, etc.) de détecter les innovations, puis de gérer les processus dont nous sommes garants. Nous coordonnons aussi l'approche liée à la problématique de la propriété intellectuelle de l'innovation.

Lire la suite page 3 - Un travail de longue haleine

Aude Guesnon

La rédaction vous recommande

Par Synertrade

premiere vue cette loi peut representer de nouvelles contraintes pour les entreprises ainsi que des risques reputationnels et financiers Mais [...]

Sur le même sujet