Mon compte Devenir membre Newsletters

Des investissements renforcés dans les outils e-achats au sein des grandes entreprises

Publié le par

Le site e-Achats-Info.com et le master Ingénierie et management des achats ont publié la 3e édition de l'étude eAchats 360°. En 2012, la priorité est donnée aux outils de gestion de la relation fournisseur, de gestion de contractualisation et de dématérialisation fiscale des factures.

Des investissements renforcés dans les outils e-achats au sein des grandes entreprises

Selon la 3e étude eAchats 360°*, réalisée par eAchats-Info.com en partenariat avec le master Ingénierie et management des achats, rendue publique le 16 janvier 2012, les directions achats vont concentrer leurs investissements en solutions achats en mode SaaS-cloud computing sur trois principales familles d'outils : la gestion de la relation fournisseur, la gestion de la contractualisation et la dématérialisation des factures fournisseurs.

Ainsi, au regard des résultats présentés, les investissements des 18 prochains mois devraient être concentrés sur des projets de déploiement de référentiels fournisseurs et de référentiels produits pour respectivement 25 % et 21 % des décideurs répondants.

Quant aux outils “as a service” dédiés à la contractualisation, il semble que la préférence des acheteurs dans ce domaine aille aux solutions de gestion de la consultation selon 29 % des interrogés, de gestion des contrats dans 25 % des cas, de gestion des plans d'actions et de catalogues ainsi que de commandes pour 20 % et 19 % des services achats sondés.

Enfin, la mise en œuvre des projets de dématérialisation fiscale des factures fait également partie des préoccupations à court terme des acheteurs puisque 18 % d'entre eux procèdent ou vont rapidement procéder à leur déploiement.

À l’horizon 2013, ces futurs postes d'investissements tendent à se renforcer. Ainsi, les projets de dématérialisation passent en tête des préoccupations des acheteurs pour 31 % des répondants. Viennent ensuite les projets de gestion de référentiels fournisseurs et de gestion de consultations qui totalisent chacun 30 % des intentions des acheteurs.

En revanche, les problématiques de paiement en ligne et d’achats responsables peinent à trouver un écho dans les priorités des acheteurs. Les outils relatifs à l’e-payment, à la gestion et au suivi des indicateurs développement durable et de RSE et – dans une moindre mesure – au décisionnel achats sont les grands laissés pour compte des investissements.

Côté attentes vis-à-vis des fournisseurs, 70 % des services achats plébiscitent la qualité des services prodigués en tête, suivie par la baisse des prix des solutions pour 40 % des sondés et l’accompagnement dans la mise en œuvre pour 35 % des acheteurs.

Du côté des fournisseurs de technologies et de services e-achats, l’étude estime que le marché semble tourner la page à une période marquée par de fortes croissances. Ils prévoient des chiffres d’affaires 2012 de + 8 % (+ 17 % en nombre de projets) contre une estimation de 22 % en 2010. Au nombre des arguments avancés, en plus de la crise de l’Euro, côté éditeurs, citons à titre d’exemples le changement de modèle économique de la “vente de licence + maintenance” vers la “location et fourniture de services mensualisés du modèle SaaS-cloud computing”.

Pour les 18 mois à venir, la clientèle des éditeurs restera essentiellement constituée des grands comptes et entreprises de taille intermédiaire (ETI). Le réveil du secteur public en général et des PME, dont les prévisions de croissance tournent autour de 7 %, constitue une deuxième vague déjà très attendue…

* Étude menée auprès de 30 directeurs achats de grandes entreprises, tous secteurs d’activités confondus.