Mon compte Devenir membre Newsletters

Le think tank achats de Logica Business Consulting se penche sur la maîtrise des risques

Publié le par

Après le lancement du think tank achats en 2010, Logica Business Consulting entame sa deuxième saison de remue-méninges sur la fonction achats et les challenges qu'elle doit relever. Résumé des faits saillants de la session organisée sur la contribution des achats à la maîtrise des risques.

Le think tank achats de Logica Business Consulting se penche sur la maîtrise des risques

Lancé en 2010 par Logica Business Consulting (LBC), entité conseil du groupe Logica, entreprise de service en business et technologie, le think tank achats réunit une vingtaine de dirigeants achats de grands groupes internationaux (Aviva, RFF, Allianz, la Banque Postale, Axa Tech, GSK, Galeries Lafayette) pour faire du “remue-méninges” sur la fonction achats de demain.
« Après la publication de notre Livre Blanc Un nouveau regard sur les achats, souligne Leila Cardot Fahas, associée de Logica Business Consulting et cocréatrice du think tank, la deuxième saison se déroule sous les meilleurs augures puisque notre think tank accueille de nouveaux membres. »
Outre la première session dédiée à la construction de la feuille de route des thèmes de la saison, le think tank a consacré ses deux sessions suivantes aux thématiques suivantes : Comment maîtriser les risques de l’écosystème de la fonction achats et comment contribuer concrètement à l’innovation ? Ci-dessous un résumé des points marquants de la session consacrée à la maîtrise des risques. Nous reviendrons sur la journée consacrée à l’innovation lors d’une prochaine édition.

Catastrophe de Fukushima, la vague de révolutions liées au Printemps arabe, le scandale du laboratoire Servier et autres épidémies de la maladie de Creutzfeldt-Jacob (dite maladie de la vache folle) ou de listéria. Ces faits et dossiers épineux ont fait la Une de nombre de quotidiens.
Avec une part croissante de valeur ajoutée venant de l'extérieur, l'entreprise intègre une part croissante de risques contre lesquels elle doit se protéger. La maîtrise des risques est devenue de ce fait un enjeu incontournable pour la fonction Achats. Si de nombreux outils propres à chaque entreprise permettent de maîtriser les risques, le contrôle interne (aujourd’hui obligatoire dans les sociétés cotées) rend possible une anticipation des risques. Grâce à son anticipation et à son contrôle, le risque n’apparaît plus comme une menace mais plutôt comme une opportunité, celle d’améliorer la fonction achats et de faire gagner ainsi un avantage compétitif à son entreprise.

Le grand témoin : Pierre Schick, EDF

Pierre Schick, directeur domaine achats tertiaire-prestations et également co-auteur en 2010 d’un ouvrage chez Dunod intitulé Audit interne et référentiels de risques, a apporté son témoignage sur les dispositifs mis en place au sein de son groupe pour pallier les risques définis comme “la possibilité que la combinaison d'un événement et d'un mode de fonctionnement (ou facteur organisationnel) empêche l'atteinte d'un objectif”. Une définition aussi vaste que son sujet. Chez EDF, la maîtrise des risques achats passe par une collaboration entre les achats et le contrôle interne, a expliqué le directeur achats, qui est également un ancien contrôleur interne. Le rôle des achats ? Ils déclinent les principes de gestion des risques définis par le contrôle interne. Ces principes ne se résument pas à une simple liste de bonnes pratiques à calquer. Ils doivent être organisés et définis par une chambre de réflexion pour transformer les risques en opportunités. Comment ? En anticipant l’occurrence d’un risque grâce à une cartographie exhaustive des risques présents et futurs et en analysant le risque sous trois angles : détection, prévention et protection.

À l’issue du témoignage d’EDF, un atelier pratique sur les risques a été proposé aux participants. Répartis en trois groupes selon leur secteur d’activité (industrie, services, banque/assurance), chaque groupe a été invité à identifier les risques propres à son secteur d’activité puis à lister les moyens à mettre en place par la fonction achats pour les détecter, les prévenir et s’en protéger. Ont été particulièrement soulignés la non-satisfaction du client, la continuité du service, le non-respect des valeurs sociétales, la défaillance fournisseur et défaillance technique, la protection de la donnée (sous-traitance et hébergement) et les risques logiciels (maîtrise du risque de non-conformité)... Encore des sujets de discussion en perspective pour les prochaines sessions du think tank.

Prochains thèmes du think tank (et dates de réunion) :
- Instrumenter l’entreprise étendue (15 mai 2012) ;
- Comment former et recruter les acheteurs pertinents et adaptés aux rôles de la fonction achats de demain ? (3 juillet 2012).