Mon compte Devenir membre Newsletters

Externalisation des achats : une nouvelle offre CKS Outsourcing

Publié le par

Informatique de commodité, maintenance d'immeubles, l'heure est à l'externalisation des achats non stratégiques. Avec sa nouvelle offre, CKS Outsourcing se positionne sur ce marché prometteur.

Externalisation des achats : une nouvelle offre CKS Outsourcing

CKS Outsourcing lance une nouvelle offre de service destinée au marché de l’externalisation des achats de faibles montants. Leur cible ? Les grands groupes et PME. Après les services RH, informatique ou comptable, la fonction Achats prend le train de l’externalisation pour les produits et services non stratégiques : fournitures de bureau, informatique de commodité, séminaires, imprimés, fournitures de maintenance d’immeubles et d’usines… Les Directions Achats souhaitent ainsi déléguer la gestion de ces segments moins critiques et se concentrer sur l’optimisation des achats à forts enjeux économiques ou opérationnels.

L'offre en détail de CKS Outsourcing
CKS a construit une solution “clés en main” basée sur un coût plancher de traitement des demandes client, l’intervention systématique d’acheteurs experts des familles concernées, des outils développés en partenariat avec Ivalua, un des principaux acteurs du marché des logiciels d’e-achats (catalogues électroniques, automatisation des processus, outils d’analyse…). L'équipe dédiée au traitement ainsi qu’au suivi des commandes et factures est basée à l’île Maurice, en association avec DCDM, spécialiste de l’outsourcing comptable et du développement informatique.

Un marché français de l'externalisation en retard
Avec un chiffre d’affaires estimé à moins de 100 M€, le marché français de l’externalisation des achats accuse un retard certain par rapport à ceux, en forte croissance, des autres pays de l’OCDE. De fait, convaincues des bénéfices liés à la mise en œuvre de Centres de Services Partagés et de logiciels “e-Procurement”, les grandes entreprises, ne se penchent que depuis peu sur l’externalisation de ces solutions pour en accroître le retour sur investissement. Don-Pierre Pompei, p-dg de CKS Outsourcing précise : «Avec notre nouvelle offre et compte tenu du contexte économique actuel, nous répondons à une forte demande des entreprises sur le contrôle et la réduction de leurs dépenses.»

Interview d’Arnaud Salomon, associé de la société CKS et partenaire de CKS Outsourcing

Quelles sont les raisons pouvant expliquer le retard de l’externalisation des achats en France par rapport aux pays de l’OCDE ?
Selon moi, ce retard tient principalement à trois raisons : la relativement faible représentation des PME dans notre tissu économique, la forte maturité des services achats des grandes entreprises françaises et l’émergence que très récente d’une offre locale (française et européenne) en matière d’externalisation des achats.
Les PME sont naturellement sensibles aux problématiques « make or buy ». Elles vont rechercher des solutions « clé en main » leur permettant de sous-traiter leurs achats non stratégiques (fournitures de bureau, informatique de commodité, séminaires, etc.) et de réaliser rapidement leurs objectifs de gains. La faiblesse relative de notre tissu de PME peut expliquer un léger retard par rapport à l’Allemagne ou aux pays anglo-saxons où, historiquement, voire même philosophiquement, l’externalisation et la sous-traitance ont été des chemins empruntés plus massivement et plus rapidement qu’en France.
La seconde explication de ce retard est, paradoxalement, la maturité des fonctions achats de nos grandes entreprises. Celles-ci ont, pour la plupart, choisi d’investir massivement dans la création de services achats internes. Elles ont, au début des années 2000, recruté et formé des acheteurs. Elles ont également mis en œuvre des SI achats performants (Ce n’est certainement pas étranger au fait que plusieurs des principaux éditeurs de la place sont français ou d’origine française ...).
Aujourd’hui, elles se tournent naturellement vers l’externalisation de leurs achats non critiques, afin d’exploiter de nouvelles poches d’économies et de continuer d’améliorer leur compétitivité. Elles vont chercher à optimiser dans la durée leur SI (essor des solutions SaaS et du Cloud), réduire leur « headcount » sur les tâches back-office (externalisation de la comptabilité fournisseurs) et concentrer leurs ressources achats sur les segments stratégiques.
Troisième raison, l’externalisation des achats non critiques doit s’appuyer sur une offre locale qui assure un service de proximité et une véritable valeur ajoutée. C’est tout l’objet de CKS Outsourcing, qui offre de réduire encore les coûts d’achats, de maîtriser les dépenses, mais aussi de réduire les coûts de gestion de l’ensemble du processus « Procure to Pay ».

Pouvez-vous nous en dire plus sur les outils d’e-achats développés en partenariat avec Ivalua ?

Nous avons adopté la solution standard d’Ivalua (Ivalua Buyer), mais l’avons adaptée à une activité d’opérateur de BPO Achats. Typiquement, les commandes faites par nos clients sont traitées en « miroir » pour être transmises aux fournisseurs et nos clients disposent d’un reporting complet sur leurs dépenses ainsi que sur nos indicateurs de services. Nous avons une dizaine de personnes affectées à ce projet mais nous comptons bien recruter de nouveaux collaborateurs dans les mois à venir. Le client a le service de proximité qui le rassure, notamment quand il a des demandes ad hoc qui ne peuvent pas être sourcées à partir d’un simple catalogue (ex : organisation d’un séminaire) et l’externalisation des autres achats se fait de façon harmonieuse en un seul flux informatique grâce à notre solution d’e-achats dédiée. Au niveau de sa mise en œuvre, soit elle est intégrée dans les outils d’e-procurement existants du client, soit le client se connecte à notre solution via une interface multi-clients en mode SaaS.

En tant que partenaire du projet, quel a été votre rôle dans la construction de cette offre ?

La contribution de CKS, et plus précisément de CKS Consulting, a consisté à faire les études d’opportunité du projet et à mettre en place cette offre qui fait la synthèse de trois leviers : l’expertise achats portée par CKS, l’efficience d’un système d’information (solution IvaluaBuyer) et le traitement offshore de la facturation fournisseurs par DCDM (1).

(1) Ancienne plateforme du cabinet Arthur Andersen en Afrique sub-saharienne et dans l’Océan Indien. Société dont le siège est basé à l’Ile Maurice, dont les équipes disposent d’un niveau de formation élevé et parlent couramment le français et l’anglais (Spécificité de l’Ile Maurice).