Mon compte Devenir membre Newsletters

Aérien, hôtels : hausse modérée des prix en 2013 selon Egencia

Publié le par

Selon l'agence de voyages B to B, le prix moyen des billets d'avion va augmenter de 4 % en 2013. Les hausses sont encore moins importantes pour les nuits d'hôtel.

Aérien, hôtels : hausse modérée des prix en 2013 selon Egencia

En 2013, le prix moyen des billets d’avion devrait augmenter de 3 % seulement en Europe, contre 5 % en Amérique du Nord et Asie-Pacifique. C'est du moins ce qu'anticipe l'agence Egencia dans le cadre de ses prévisions tarifaires pour l'année prochaine.

Selon l'agence, c'est la fluctuation continue des prix des carburants (couplée au phénomène de regroupement des compagnies aériennes et d'une gestion plus rigoureuse de leurs capacités) qui ont pour conséquence une légère hausse des tarifs sur l'ensemble des régions confondues.

À Paris, une hausse de 4 à 7 % du prix des billets

Au niveau de l'aérien, certaines villes comme Moscou, Manchester et Bruxelles verront toutes trois leurs capacités s’accroître de façon considérable en 2013, entraînant des stabilisations ou des augmentations modérées des tarifs et instaurant un environnement favorable aux acheteurs à la recherche de meilleures réductions. Amsterdam, Francfort, Paris et Madrid disposeront d’un nombre de sièges moindre l’année prochaine, provoquant des hausses de 4 à 7 % des prix des billets.

Outre-Atlantique, les diminutions de capacité à Los Angeles, San Francisco et Houston participeront à l’augmentation attendue des prix dans ces villes. Avec 9 %, Los Angeles montre la plus forte augmentation prévue.

Côté asiatique, les prix en Inde progresseront de 10 % pour Bombay et de 9 % pour Delhi, la croissance du nombre de sièges étant limitée. Les acheteurs bénéficieront d’une amélioration de leur pouvoir de négociation pour Singapour, dans la mesure où un léger recul des prix est attendu sur 2012. Reflet de la situation en Europe, les tarifs aériens à destination de marchés-clés, tels que Londres et Paris, demeureront stables ou enregistreront une très faible hausse.

Des marges de négo sur l'hôtellerie britannique

Cette hausse modérée des prix se confirme plus encore dans l'hôtellerie, qui affiche une croissance ralentie (bien que déjà historiquement faible) de son offre. Ainsi, les tarifs des nuitées devraient également enregistrer une augmentation plus faible encore : à hauteur de 2 % en Europe, 3 % en Amérique du Nord et 1 % ou une stabilisation en Asie-Pacifique.

Alors que Dublin et Munich devraient enregistrer des progressions à deux chiffres de leurs tarifs à la nuitée, le développement de l’offre à Moscou devrait tirer les prix vers le bas. Les Jeux olympiques étant terminés, Londres dispose d’un grand nombre de nouveaux hôtels à remplir. Les acheteurs devraient donc être en mesure de négocier de meilleurs tarifs pour leurs programmes. Ailleurs au Royaume-Uni, Manchester et Glasgow devraient également offrir aux acheteurs un climat favorable aux négociations.

La demande d’hébergement à Paris reste forte, entraînant des prévisions d’augmentation des prix proches de 7 %. À l’inverse, Marseille devrait connaître un certain recul de ses tarifs. En Allemagne, la demande rattrapera l’offre, en particulier à Francfort, où les prix devraient augmenter de 5 % en moyenne. Munich, avec une hausse de 10 % des tarifs, sera le marché allemand le plus robuste. Berlin verra une modeste augmentation de ses prix de 3 % en raison du développement prévu de l’offre.