Mon compte Devenir membre Newsletters

Travel management: des perspectives 2012 entre optimisme et résignation

Publié le par

En enquêtant en octobre 2011, auprès de deux panels d'une cinquantaine de ses membres, l'AFTM dresse un bilan certes prometteur, mais qui met aussi en relief quelques lacunes qu'il faudra combler pour affronter les nouvelles turbulences.

Il y a tout juste un an, l’AFTM (Association française des travel managers) dressait un bilan mitigé de l’activité "voyages d’affaires", loin de l’euphorie générale. « Nous estimons avoir atteint le point bas » avait déclaré Michel Dieleman, président de l’AFTM  à l’occasion du salon EVP 2010.

Un an plus tard, à la suite d'une étude réalisée par l'association auprès de ses membres, en octobre 2011, les chiffres parlent d’eux-mêmes : près des 2/3 des entreprises interrogées n’ont pas revu leur politique voyages depuis l’année dernière et seuls quelques travel managers (TM) ont accordé un peu de liberté supplémentaire à leurs voyageurs. La crise des dettes souveraines, qui s’est étendue cette année et dont on peine à pronostiquer une issue, plonge une majorité d’entreprises dans l’expectative et, par voie de conséquence, modère le frémissement de libéralisme observé en 2010 chez certaines d’entre elles en matière de politique voyages.

La maîtrise des budgets avant tout

Les efforts porteront encore en 2012 sur la maîtrise des budgets. La phrase la plus entendue chez les TM est désormais « D’accord pour voyager plus, mais à budget constant ». De réelles perspectives pour les négociations à venir… Malgré de nombreux indicateurs incertains, l’humeur des travel managers français reste globalement à l’optimisme et une large majorité pense que l’AFTM les a accompagnés dans cette reconnaissance de la profession. D'ailleurs, les 2/3 des TM du panel déclare que leur rôle en interne s'est accru depuis 2008.

Au moyen de sa matrice de maturité lancée fin septembre seulement auprès de ses adhérents, l’AFTM a évalué le niveau de performance d’une cinquantaine d’entreprises. Premier constat : la moyenne des sociétés cotées arrive tout juste à atteindre la valeur médiane (2,49 sur 5). Aucun des 11 domaines évalués ne dépasse la valeur de 2,8.

Si les thèmes "Achats" et "Processus de gestion des voyages" arrivent naturellement dans les premières places, le "benchmark" et le "suivi d’activité", pourtant indispensables à une bonne maîtrise de la fonction, atteignent des scores parmi les plus faibles. Pourtant, la fonction de travel manager ne se limite plus aux seules activités d’achat. L’évaluation le prouve avec des places honorables pour les thèmes "outils", "sécurité" et "services apportés aux voyageurs".