Mon compte Devenir membre Newsletters

Pour une politique de voyage "verte" et économique

Publié le par

Sur le segment des voyages d'affaires, allier contrôle des dépenses et atteinte d'objectifs environnementaux n'est pas irréalisable. Le tout est de définir des mesures conformes à sa politique d'achat responsable, sans trop revoir à la baisse le confort des voyageurs.

Pour une politique de voyage 'verte' et économique

La politique de voyage est une déclinaison de la stratégie d'achats responsables de l'entreprise, qui doit satisfaire à des enjeux économiques, sociaux et environnementaux. Elle nécessite, en amont, une analyse fine de ses déplacements professionnels. " Avant de faire un déplacement, il faut vérifier qu'il est vraiment nécessaire en calculant son ROI ", rappelle Étienne Penaud, spécialiste en travel management chez Atlans. Cela permet de prioriser les déplacements qui ont une réelle valeur ajoutée... Le déplacement le plus responsable étant celui que l'on choisit de supprimer, selon l'adage bien connu. Toute la difficulté résulte dans la valorisation de l'immatériel, pourtant déterminante. " Il faut se demander qui est détenteur de cette légitimité. Certaines entreprises vont avoir besoin d'un filtre pour autoriser ou non le trajet ", rapporte Étienne Penaud. Pour Christophe Drezet, consultant manager chez EPSA Groupe, " on peut avoir intérêt à développer un portail qui, selon les réponses du collaborateur, l'aiguillerait vers un choix plutôt que vers un autre. "

D'abord et surtout du bon sens !

Restent à définir, ensuite, des règles visant à ­diminuer l'empreinte carbone de ses déplacements professionnels. Pour un déplacement dont l'utilité n'est pas avérée, réfléchir à des moyens de substitution comme les web et vidéo conférences est nécessaire. Pour les autres, il convient de diriger ses équipes vers les moyens de transport les moins polluants. Chez Veolia, le train est ainsi obligatoire pour les trajets n'excédant pas trois heures. Il est également plébiscité chez B. Braun Medical : " Depuis 2009, les collaborateurs utilisent de manière autonome le portail KDS qui, grâce à un code couleur, les incite fortement à se tourner vers des trajets conformes à notre politique de voyages d'entreprise ", avance Émilie Pommier, responsable développement durable. Plus globalement, les trajets sans escale et sur des avions neufs, moins polluants, sont à privilégier. De la même façon, la classe économique est préférable, à condition qu'elle s'accorde avec les contraintes individuelles : " Un voyageur de grande taille ou sujet à des problèmes de santé peut-il voyager confortablement en classe économique ? ", s'interroge Étienne Penaud. Dans la même lignée, les transports en commun sont moins énergivores que la voiture, à moins de porter son choix sur des modèles écologiques, comme le groupe La Poste (lire le témoignage dans notre article sur le transport décarboné en page 34). Autre exemple visant à encourager la mobilité durable : B. Braun Medical a proposé, en 2012, à ses collaborateurs du bassin boulonnais de rejoindre la plateforme de Covoiturage.fr.

Côté logements cette fois, on peut choisir de ne cibler que des hôtels se prévalant de l'Écolabel européen. Pour affiner son référencement, Veolia a défini, en 2011, des grilles d'évaluation inté­grant des critères "verts". " Les hôteliers sont interrogés sur l'énergie utilisée au sein de leur établissement, la présence ou non d'un double vitrage, d'ampoules LED, d'une extinction automatique des lumières, ou bien encore sur la possibilité ou non de louer des vélos ", cite en exemple Abdelaziz Bougja, chargé de mission chez Veolia.

Accompagner le changement

Mettre l'accent sur la communication et la formation est essentiel pour obtenir l'adhésion des collaborateurs et accompagner le changement. " Si vous les contraignez, cela risque de ne durer qu'un temps, met en garde Étienne Penaud. Mettre à leur disposition des comparateurs en CO2, basés sur les règles établies par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), peut accélérer leur prise de conscience. " On peut aussi prévoir l'organisation de challenges pour motiver les plus récalcitrants. Il ne faut pas non plus vouloir aller trop loin dans sa démarche, au risque de ne pas obtenir l'effet escompté. " Au final, seuls quatre collaborateurs sur les 180 que compte le siège se sont inscrits sur la plateforme de covoiturage. On en a conclu qu'ils n'étaient pas prêts à recourir à de tels services. Courant 2013, l'entreprise va lancer un projet de compensation de ses émissions de gaz à effet de serre sur le territoire français ", témoigne Émilie Pommier. Avoir une politique verte, rappelle Christophe Drezet, " c'est penser en premier lieu à automatiser son processus de réservation avec des outils en ligne. " Pour suivre ses retombées, utiliser des indicateurs extra-financiers est fondamental. " De ce côté-ci, on manque encore
de formalisation. Par exemple, toutes les entreprises n'utilisent pas les mêmes méthodes de calcul
pour connaître leur empreinte carbone ", souligne Christophe Drezet.

Avis d'expert
" Nous avons réduit de 7 % le nombre de nos déplacements professionnels "
Michel Moussa, directeur des services aux collaborateurs chez SFR
Depuis 2011, l'objectif de l'opérateur SFR est de diminuer de 10 % le nombre annuel de déplacements professionnels de ses collaborateurs. Pour parvenir à ce résultat, de fortes incitations ont été mises en place. " Le train en seconde classe est privilégié pour les déplacements en France et, concernant l'avion, c'est toujours en classe économique ", indique le directeur des services aux collaborateurs chez SFR, Michel Moussa. Aussi, avant toute demande de déplacement, les collaborateurs sont incités à en mesurer son impact dans la mesure où, " des outils comme la visioconférence ou la téléprésence peuvent tout à fait répondre aux attentes. " D'ailleurs, dans cette optique, tous les salariés qui rejoindront le futur siège à Saint-Denis - dont la première phase de construction doit s'achever en novembre - seront équipés d'ordinateur avec écran multimédia et système d'organisation de réunions intégré. Chacun pourra communiquer avec plusieurs collaborateurs en visio, directement depuis son poste. De plus, un reporting sur les voyages professionnels est établi chaque trimestre. " Source de motivation supplémentaire, chaque entité a ainsi connaissance du nombre de déplacements réalisés, avec notamment le Top 10 des salariés les plus "verts". En 2012, nous avons réduit de 11 % les kilomètres aériens parcourus et avons enregistré une baisse de 7 % des déplacements professionnels. Un chiffre qui vient de passer à 12 % pour le premier trimestre 2013 ", se félicite Michel Moussa.
SFR
Secteur d'activité
Télécommunications
CA 2012
11 288 millions d'euros
Résultat opérationnel
ajusté 2012
1 600 millions d'euros
Effectif 2012
10 000 salariés
Effectif acheteurs 2012
100 salariés
Volume d'achats
NC
À éviter
Mettre en place une politique de voyage vert avec un objectif qui ne soit que financier.
La définir sans consortium.
La rendre obligatoire.
Ne pas tenir compte de la maturité de ses collaborateurs en matière de développement durable.
Réduire sensiblement le confort des voyageurs.