Mon compte Devenir membre Newsletters

La SNCF propose de suivre une formation à bord de ses TGV Est

Publié le par

Pour accéder à ce nouveau service au sein d'une offre multimedia baptisée "Box TGV", il suffit de posséder un ordinateur portable et une connexion wi-fi.

Depuis le 1er décembre et de manière progressive, la SNCF propose aux voyageurs d'affaires de suivre une formation sur Internet en langues étrangères ou en informatique, et ce pendant leur voyage à bord des TGV Est. Pour accéder à ce nouveau service au sein d'une offre multimedia baptisée Box TGV, il suffit de posséder un ordinateur portable et une connexion wi-fi.

Concrètement, le voyageur se connecte à la rubrique Coach Express du portail Box TGV afin d'accéder aux deux thématiques proposées par la SNCF.

Les formations en langues étrangères permettent de se perfectionner en anglais, en espagnol ou en allemand en fonction de son niveau. Elles sont proposées à l’unité, avec six à dix cours de 35 à 45 minutes par niveau. Par exemple, quatre niveaux sont disponibles en anglais (débutant, intermédiaire, confirmé et business) ou en espagnol (grand débutant, débutant, intermédiaire et confirmé), mais il n'existe qu'un seul niveau en allemand (débutant) alors que cette offre concerne le TGV Est... Prix: 2,99 euros le cours.

De leur côté, les formations aux outils informatiques ont pour objectif de compléter les connaissances sur un certain nombre de logiciels à usage professionnel comme PowerPoint, Word ou Excel. Les modules sont proposés dans des formats de trois à huit minutes. Par exemple, le cours "Insertion de commentaires" dans la formation Word permet d’apprendre à utiliser la gestion de commentaires en mode de travail collaboratif. Prix: 1,49 euros le cours.

Outre les cours de langues et d’informatique, Box TGV offre aussi aux voyageurs la possibilité de suivre l’avancée de son trajet TGV grâce à la géolocalisation, de disposer en temps réel de toutes les informations concernant son voyage (informations sur les correspondances, sur la gare d’arrivée, y compris en situation perturbée), de suivre l’actualité en direct, mais aussi de regarder un film, un concert ou un documentaire.

Ce service fera l’objet d’un premier bilan à l’automne 2011, en vue de valider sa viabilité.