Mon compte Devenir membre Newsletters

Des voyages d'affaires de courte durée en février 2011

Publié le par

Pour 73 % des personnes interrogées, les voyages d'affaires réduits à une journée ont fortement augmenté entre février 2010 et février 2011, d'après le baromètre* Mondial Assistance/Déplacements Pros.

Des chiffres confrontés au regard d'expert du sociologue Alain Joyet. Tel est ce que propose le baromètre sur les voyages d'affaires février 2011 réalisé par Mondial Assistance et le magazine Déplacements Pro pour analyser les tendances des politiques voyages des entreprises.

Des voyages d'affaires réduits à une journée

« Voyager est de plus en plus fatigant. C'est pourquoi nous constatons une réelle montée en puissance des voyages d'un jour liés à nos fortes relations commerciales avec nos voisins européens », commente Alain Joyet, sociologue. Ainsi, 48 % des collaborateurs ont voyagé en moyenne une journée en février 2011. Un chiffre jugé « spectaculaire » par Alain Joyet, puisqu'ils étaient seulement 21 % en janvier 2011. Cette tendance des séjours de courte durée est à mettre en lien avec l’augmentation des voyages en avion. Confirmation du côté des intéressés qui jugent à 73 % qu’entre février 2010 et février 2011, le volume des voyages d'une journée est en très forte augmentation. Côté réduction des coûts, seulement 17 % des collaborateurs ont voyagé en classe premium et 17 % en classe business contre 66 % en classe éco. « Une habitude qui semble bien ancrée depuis la crise de 2009 », analyse le sociologue. Pour 56 % des personnes interrogées, la qualité du voyage aérien en février 2011 n’a pas changé. Ainsi, l'avion demeure toujours apprécié des voyageurs contrairement au train, où 68 % d'entre eux considèrent que la qualité du transport ferroviaire est globalement mauvaise. De même, contrairement à l’avion, il semblerait que les politiques voyages des entreprises soient plus souples sur les trajets en première classe qu'en seconde. Ainsi, 54 % des collaborateurs ont voyagé en première classe en février 2011 contre 46 % en seconde.

Quand le covoiturage demeure un mythe…

« Le covoiturage n'est pas entré dans les mœurs des salariés français », commente Alain Joyet, « Le voyageur reste en règle générale assez attaché à son propre moyen de transport ». Ainsi 96 % des salariés n’utilisent pas le covoiturage pour se rendre de leur domicile à leur lieu de travail et 99 % d’entre eux ne l’utilisent pas non plus pour se rendre à la gare ou l’aéroport. Pour Alain Joyet, « si le principe est bon pour la planète sur le papier, il s'avère peu réaliste pour notre panel de voyageurs. En cause : l’inadaptation des horaires, difficultés de circulation en zone urbaine… ».

* Étude réalisée à partir de 261 questionnaires soumis à des voyageurs d'affaires issus d'entreprise de toute taille, contre 239 en janvier 2011.