Mon compte Devenir membre Newsletters

SPIE annonce l'acquisition de plus de 700 véhicules électriques

Publié le par

Avec 10 % de sa flotte équipée en véhicules électriques d'ici à 2015, le spécialiste des services en génie-électrique, climatique et mécanique, se mobilise pour le lancement d'une véritable filière.

Dans le cadre de l’appel d’offres initié par la Poste et conduit par l’UGAP, SPIE annonce l’acquisition de plus de 700 véhicules électriques. La première commande ferme sera effectuée fin 2011, les premières livraisons sont attendues au  1er trimestre 2012.

Présent dès l'origine dans le groupement d’achats initié par La Poste, le spécialiste des services en génie-électrique, climatique et mécanique fait partie des 19 grandes entreprises souhaitant intégrer massivement l’utilisation de véhicules électriques dans leurs activités. D’ici à 2015, le groupe va acquérir 330 véhicules utilitaires 3 m3 et 400 véhicules de sociétés (2 places). A terme, 10 % de la flotte totale du groupe sera équipée en véhicules électriques. Pour la catégorie « utilitaires », ce taux s’élèvera à 17 %.

3000 tonnes de CO2 en moins

Cette commande représente également une étape importante dans l’engagement du groupe dans le développement durable : l’acquisition de 730 véhicules électriques équivaut à une réduction potentielle de ses émissions de CO2 de 3000 tonnes/an.

La participation de SPIE à cet appel d’offres contribue à donner l’impulsion nécessaire au lancement d’une véritable filière industrielle et commerciale « véhicules électriques » en France (constructeurs automobiles et fournisseurs de batterie, loueurs, fabricants et installateurs des infrastructures de recharge). Lui-même acteur de la filière, le groupe commence à déployer sur tout le territoire les infrastructures de recharges nécessaires. En juillet dernier, SPIE Ile-de-France Nord-Ouest a d’ailleurs obtenu une première commande significative pour l’installation d’une centaine de bornes de recharge pour des sites Renault implantés en Ile-de-France et en Normandie, notamment au Technocentre de Guyancourt.