Mon compte Devenir membre Newsletters

"Nous voulons que l'Arseg soit perçue comme une référence dans le domaine"

Publié le par

Gilbert Blaise a été élu, mardi 16 avril, président de l'Arseg. Ce directeur de l'environnement de travail de la SNCF succède ainsi à François Delatouche. Il livre sa profession de foi pour son mandat à la tête de la présidence.

Gilbert Blaise, DET SNCF, président Arseg

Gilbert Blaise, DET SNCF, président Arseg

"Montrer que l'environnement de travail est au coeur de la performance de l'entreprise mais également informer et soutenir les acteurs du secteur". Tel est en résumé le programme énoncé par le nouveau président de l'Arseg*, Gilbert Blaise pour son mandat. Une présidence d'une durée d'un an et renouvelable.

L'actuel directeur de l'environnement de travail de la SNCF succède ainsi à François Delatouche.

Solliciter l'engagement des pouvoirs publics

"Nous allons travailler à développer nos relations avec les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles, les syndicats et les filières professionnelles de formation. Le secteur représente 1 million d'emplois non délocalisables et 100 milliards d'euros de chiffres d'affaires, il n'est pas possible que les pouvoirs publics n'en tiennent pas compte".

Autre sujet : la formation. "La France souffre d'une faible qualification dans certains métiers et d'autre part certains secteurs ne sont pas pourvus. Nous souhaitons donc jouer un rôle d'assembleur dans les filières professionnelles sur des sujets de formation professionnalisantes et d'apprentissage. L'Arseg s'engagera à travailler sur une meilleure formation et qualification de ces prestataires de services". Ce qu'il résume en une phrase : "Le projet de 2013 est d'établir une formation certifiante pour un directeur de l'environnement de travail".

L'association compte aujourd'hui 2000 adhérents dont environ 1800 DET mais également 250 membres associés. Des groupes de conseils sont également intéressés (Deloitte, Kurt Salmon, etc). "Nous souhaitons augmenter le nombre de nos adhérents", souligne Gilbert Blaise.

Plus de poids à l'international

"Nous voulons que l'Arseg soit perçue comme une référence dans le domaine. Pour ce faire, nous voulons mettre en place des actions labellisantes et modélisantes", ajoute-t-il en citant les buzzyratios.

"Au niveau international, l'Arseg doit avoir plus de poids et exister". Ainsi, l'association a proposé notamment à Nicolas Cugier, de chez Thalès de devenir son ambassadeur sur la scène internationale.

Enfin, un chantier de taille est celui du dépoussiérage de l'association. "L'Arseg souhaite changer son esprit de gouvernance et engager la refonte de ses statuts. L'association a atteint un certain degré de maturité. Aussi, nous n'excluons pas de changer de nom. C'est d'ailleurs un débat qui a déjà eu lieu sur le nom du salon Bureaux Expo [NDLR : salon dédié à l'univers du bureau ayant lieu chaque année à Porte de Versailles] pour l'appeler salon de l'environnement de travail pour regrouper l'ensemble des métiers".

Un passé d'entrepreneur

Le nouveau président de l'Arseg devra désormais assumer sa double casquette. "J'ai rejoint la SNCF pour la création du métier de responsable des Services généraux et directeur de l'environnement de travail en 2009. Dernièrement, j'ai participé à la création d'une agence de coopération en environnement de travail à la SNCF. Cette entité doit permettre au DET de travailler en concertation avec d'autres directions (achats, etc). De plus, j'ai organisé une première convention RSE de l'environnement de travail où les fonctions transverses comme l'immobilier, les IT, la RH, le développement durable ont été invitées". Gilbert Blaise semble également tirer parti de son passé d'entrepreneur pour être encore plus à l'écoute des prestataires de services.

Vainqueur des Trophées de l'association en 2012, il a pu bénéficier d'un coup de projecteur sur sa fonction au sein de l'entreprise. "Les trophées de l'Arseg m'ont permis d'obtenir une véritable reconnaissance en interne et d'obtenir à la fois les moyens et les ressources et le budget pour poursuivre de nouvelles politiques. Cela a été une vraie prise de conscience pour les dirigeants de l'entreprise".

*Arseg : Association des directeurs et responsables de l'environnement de travail

Bio express :

Gillbert Blaise, 58 ans, a débuté sa carrière, en 1982, chez GSF France. Il en devient le directeur régional en 1984. Il est ensuite successivement directeur de division chez ISS International (1999-2002), directeur général de Carrad Services (2002-2004), de Samsic International SAS Nov'ap (2004-2006). En 2006, il devient directeur général d'Effia Services et Effia Synergies, filiales de la SNCF, avant d'occuper la fonction de directeur de l'environnement de travail de la SNCF.