Mon compte Devenir membre Newsletters

À quoi ressemblera votre espace de travail en 2030 ?

Publié le par

Les nouvelles technologies ont révolutionné l'organisation du travail. Plus d'un tiers des salariés sont mobiles à travers le monde. Conserver des bureaux physiques sera-t-il encore nécessaire ? Comment sera le futur bureau connecté ? Explications.

À quoi ressemblera votre espace de travail en 2030 ?

Nouvelles technologies, télétravail, mobilité des salariés... la révolution numérique et ses conséquences ne cessent de (re)façonner l'organisation de travail. " C'est la fin du monde vertical et hiérarchisé de l'entreprise et le début d'une nouvelle ère : celle de la transversalité et du travail en mode projet, résume Andréanne Gallety, directrice marketing chez Form'a, cabinet de conseil en aménagement d'espaces tertiaires. C'est une évolution culturelle qui privilégie le lien, le relationnel, le partage, la connexion et la participation. " Dans son cahier prospectif Imaginative Workplace 2013, Form'a propose six tendances qui façonneront le monde de demain. Selon le cabinet, le futur bureau sera " intelligent, au coeur d'une mégalopole, sous la forme d'un campus ou d'un hub, organisé par activité, connecté, expérientiel et redonnera sa place à l'individu ".

Des salariés nomades en quête de lien social

C'est un fait, le monde de l'entreprise s'oriente vers un modèle plus transversal et collaboratif. Pour Pierre-André d'Ornano, p-dg de Mobilitis, société de conseil et services en immobilier d'entreprise, " la notion de bureaux va disparaître au profit d'espaces plus collaboratifs ". Fini le simple poste de travail, " l'entreprise devra offrir une plus grande diversification des lieux de travail, en fonction du type de salarié qu'elle souhaite avoir et de son coeur de métier ", précise Alain d'Iribarne, chercheur au CNRS et président du conseil scientifique de l'observatoire Actineo de la qualité de vie au travail. En d'autres termes, " à une activité ou un mode de travail correspondra un espace dédié ", explique la directrice marketing de chez Form'a. Les lieux de travail devront répondre aux diverses situations et modes de travail (travail d'équipe, travail de concentration, travail de concertation, travail d'études). Le salarié deviendra nomade au sein de sa propre entreprise.

Lieux dédiés aux salariés mobiles

Ce même salarié nomade travaillera, en dehors de l'entreprise, dans un bureau intermédiaire ou "tiers-lieu", soit un lieu dédié semblable aux espaces de coworking pour les travailleurs indépendants. Ces tiers-lieux permettent notamment aux salariés de conserver un lien social. " En mettant ces nouveaux espaces à la disposition de leurs salariés, les entreprises favorisent la socialisation de leurs collaborateurs dans un cadre plus large et leur permettent d'avoir accès à un réseau d'innovation et de créativité qui dépasse leur simple métier ", souligne Alain d'Iribarne. Ces lieux apparaissent également comme l'alternative pour des salariés habitant loin des centres-villes, à l'image du consortium Tiers Lieux créé en Aquitaine pour "préserver une dynamique économique en milieu rural". Face au profil du salarié mobile de demain, l'entreprise devra inventer de nouvelles façons de développer le sentiment d'appartenance de ses collaborateurs à son projet de société.

Si le numérique envahit les espaces de travail, a contrario, cette révolution technologique n'entraînerait-elle pas la remise en cause de l'existence physique des bureaux ? Pierre-André d'Ornano (Mobilitis) précise, " la notion de siège social est une vision passéiste. Certaines sociétés garderont un centre symbolique, lieu de pouvoir et de prestige tandis que d'autres seront virtuels ". Une vision impensable pour Alain d'Iribarne d'Actineo : " Il existe un mouvement contradictoire entre des entreprises qui souhaitent réduire leur parc immobilier et des salariés français très attachés à leur entreprise comme lieu de vie et de socialisation. "

Des sièges sociaux ouverts sur le monde

Enfin, à l'instar des grands noms de l'Internet, comme Google ou Facebook, et des grandes universités américaines de la côte Ouest, l'entreprise de demain s'apparentera au modèle du campus ou du hub. L'entreprise se doit d'être un lieu d'innovation ouverte. Ce que l'on appelle plus communément "l'entreprise étendue", soit une entreprise implantée dans la réalité de la vie économique en lien avec la ville, ses clients et ceux qui font l'inno­vation (écoles, start-up...). Le siège social pourra être installé au sein d'un pôle de compétitivité pour une plus grande ouverture sur le monde.

Aux Pays-Bas, le nouveau siège social de la banque Rabobank est un campus aménagé sur une métaphore de la ville. Le rez-de-chaussée est ouvert au public tandis qu'au premier étage, le "city center", est un lieu de rencontre avec ses cafés et restaurants. Les étages de la tour ont des noms de quartiers ou de banlieues. De même, le nouveau centre de Saclay regroupera les équipes de R & D d'EDF aux côtés des grandes écoles (Centrale, HEC, Polytechnique, ParisTech...), des universités (Paris Sud, Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines...) ou encore du CNRS et du Commissariat à l'énergie atomique, dans un esprit de "cluster" scientifique et technologique national. " Si votre entreprise est ouverte, vos salariés seront plus créatifs ", assure le chercheur Alain d'Iribarne.

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter les articles suivants :

- L'espace de travail, élément de bien-être des collaborateurs

- Entrez dans la dimension space planning