Mon compte Devenir membre Newsletters

Une organisation du travail de plus en plus flexible

Publié le par

Une étude sur la flexibilité du travail démontre qu'il faut trouver un nouveau système de budgétisation d'un poste de travail non basé sur le traditionnel "loyer plus coût par m2".

Une organisation du travail de plus en plus flexible

© Fotolia

Comment les entreprises doivent-elles faire face à la flexibilité du monde du travail et sa nouvelle organisation dans les années à venir? Pour répondre à cette question, Regus, spécialisé dans la mise à disposition d'espaces de travail et Unwired, spécialiste en organisation des entreprises, dévoilent leur étude “VWork : mesurer les bénéfices de la flexibilité dans l’organisation du travail”. Cette étude menée auprès de 600 managers dans le monde dresse un état de lieux des pratiques des entreprises qui se dotent d’une organisation plus flexible.

Ainsi, près de 60 % des personnes interrogées travaillant dans une grande entreprise anticipent une baisse des espaces de bureaux nécessaires à leur entreprise en raison des nouveaux modes d’organisation. Et seuls 7 % des sondés s’attendent à un accroissement des surfaces. Pour un peu plus de la moitié des managers interrogés (51 %), le bureau tel que nous le connaissons aujourd’hui est condamné à devenir un espace utilisé seulement occasionnellement.

Ces conclusions joueraient-elles en faveur du télétravail ? La question peut se poser puisque 62,5 % des grandes entreprises interrogées ont déjà mis en œuvre de nouveaux principes d’organisation du travail et 59 % des personnes interrogées confirment qu’elles n’ont plus à lutter pour pouvoir travailler efficacement à l’extérieur de leur bureau. Si le télétravail peut apparaître comme une option à envisager pour les entreprises en raison de la nouvelle organisation du travail; seules 12 % des personnes interrogées voudraient travailler de leur domicile.

Le temps de trajet, une préoccupation majeure

Vouloir passer le moins de temps possible dans les transports entre son domicile et son lieu de travail semble être une constante. Cette étude ne fait que confirmer la tendance puisque 64 % des sondés pensent que le temps de trajet idéal entre le bureau et le domicile est de moins de 20 minutes. Et 25 % des personnes interrogées souhaitent même qu’il soit de moins de 10 minutes. Or, le constat est là. Pour l’instant, 32 % des personnes interrogées qui travaillent pour des grandes entreprises passent entre 41 minutes et une heure dans les trajets domicile-entreprise. Et 27 % y consacrent plus d’une heure par jour.

La technologie bien implantée dans les entreprises

Ainsi, 79 % des personnes interrogées pensent qu’elles disposent des bons outils technologiques pour être productives sur leur lieu de travail et que ces technologies sont de plus en plus efficaces pour leur permettre de travailler d’où elles le souhaitent. Plus de la moitié (51%) des sondés pensent qu’ils disposent de tout ce dont ils ont besoin alors que 42 % affirment disposer de quelques d’outils dont les capacités technologiques pourraient être améliorées.

Les nouvelles générations changeront-elles la donne ? Si l'on en croit les résultats de l'étude, c'est une certitude puisque 71 % des personnes interrogées pensent que les collaborateurs plus jeunes, les boomers et la génération encore à l’école rejetteront le principe des bureaux traditionnels à la faveur d’un mode de travail virtuel.

Pour Philip Ross, p-dg de Unwired: « Il est essentiel, pour les entreprises, de trouver un système de budgétisation d’un poste de travail qui repose sur une autre base que le traditionnel "loyer plus coût par m2". Aujourd’hui, le taux d’occupation d’un bureau est seulement de 45 %. Les bureaux vides n’ont plus de sens dans un monde ou la mobilité et la flexibilité sont unanimement reconnues comme étant à la base d’une organisation plus efficace et plus respectueuse de l’environnement ».