Mon compte Devenir membre Newsletters

Swiss Life dépoussière son environnement de travail

Publié le par

L'assureur vient de regrouper l'ensemble de ses équipes dans deux immeubles à Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine (92). L'occasion idéale pour repenser les espaces et révolutionner l'environnement de travail dans un milieu professionnel jugé plutôt papivore et conservateur. Visite guidée.

Le Belgrand, situé à Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine (92)

© Arnaud Olszak

Le Belgrand, situé à Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine (92)

« C’était un véritable projet de transformation d’entreprise », explique Geneviève Balabanian, directrice de programme en charge du dossier chez l’assureur Swiss Life. Un projet accompagné par le cabinet AOS Studley. La direction générale souhaitait regrouper les sites d’Haussmann (Paris 8e arrondissement) et le site de Levallois où travaillaient respectivement 650 et 350 collaborateurs. Les 1 000 salariés se sont donc réunis en septembre dernier dans deux immeubles contigus, le Vasco de Gama et le Belgrand, situés à Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine (92).

L’occasion de réconcilier deux populations salariées aux métiers différents, avec des « collaborateurs occupant majoritairement des fonctions supports sur le site d’Haussmann », précise la directrice de programme. Pour favoriser les échanges entre les deux immeubles, chacun des locaux est doté d’une spécificité et d’un passage obligatoire pour les salariés. Ainsi, le rez-de-chaussée du Belgrand concentre les locaux sociaux (cabinet du médecin, infirmerie, etc.), tandis que celui du Vasco de Gama est consacré à l’espace restauration. « Les salariés sont donc incités à traverser la cour et à se rencontrer », souligne Geneviève Balabanian.

« Seulement 5 % de bureaux individuels et attribués »

Chez l’assureur, l’accent est mis sur le concept d’environnement de travail dynamique. « Sans perdre l’esprit d’équipe », relève Véronique Eriaud-Jeunot, directrice de la communication. Les collaborateurs s’installent où ils le souhaitent chaque matin pour travailler. Une zone est néanmoins réservée par métier et fonction. En d’autres termes, n’importe qui ne peut pas aller n’importe où.

« Nous avons environ 5 % de bureaux individuels et attribués, soit une trentaine au total, contre 120 dans l’ensemble de nos anciens locaux », fait remarquer Geneviève Balabanian. Dans le monde de l’assurance, certaines équipes sont susceptibles de travailler en mode projet. C’est le cas des équipes du marketing, de la DSI, de la communication ou encore de la distribution.

Ce qui représente environ 30 % des personnes de l’entreprise. Un groupe d’essai sur le télétravail va être mis en place pour les collaborateurs en espace dynamique. Si le test se révèle concluant, ces collaborateurs devraient pouvoir être en télétravail 1 à 3 jours par semaine. Une solution pour permettre « d’optimiser la gestion de l’espace ». Enfin, un projet de dématérialisation est mené progressivement et parallèlement à tous ces changements.

Extraits de la visite guidée à retrouver dans le numéro 159 de Décision Achats en novembre (© Arnaud Olszak)

Des casiers individuels colorés

Ces grandes rangées de casiers rouges et blancs sont installées près des bureaux. Ils font penser aux casiers des universités américaines. Chaque collaborateur dispose de son propre casier et peut ainsi y ranger ses affaires personnelles avant de choisir son poste de travail.

Un espace restauration aux cloisons amovibles

Ce grand espace de restauration se situe au rez-de-chaussée de l’immeuble Vasco de Gama. Il permet d’accueillir l’ensemble des salariés à l’heure du déjeuner. Des cloisons amovibles permettent d’agrandir l’espace pour organiser des réceptions ou des événements internes.

Une salle de réunion high-tech

L’assureur se tourne vers les technologies high-tech. Un mur d’images qui se commande à distance tactilement orne le mur de ce grand espace de réunion situé au rez-de-chaussée de l’immeuble Vasco de Gama.