Mon compte Devenir membre Newsletters

Politique papier des entreprises : peut mieux faire!

Publié le par

Les entreprises sont mieux sensibilisées dans la gestion et les achats de papier mais de fortes marges de progrès existent encore. Trois ans après une grande enquête menée auprès des entreprises, WWF et Riposte Verte dressent un nouveau bilan des pratiques des entreprises.

Les progrès sont là mais les entreprises doivent continuer à faire des efforts dans leur politique papier. C'est ce que met en avant la 2e édition de l'étude PAP50 entreprises de WWF et l'association Riposte Verte.

Le constat est sans appel : si les résultats sont encourageants, les entreprises ne sont pas encore à la hauteur des enjeux environnementaux posés par la consommation de papier et beaucoup de progrès restent à faire, estiment les auteurs de l'enquête.

Cette étude 2013 fait le point 3 ans après la première étude de 2010 de Riposte Verte et le WWF-France sur l'évaluation de la politique papier de plus de 50 grands groupes de France. Le Comité PAP 50 s'engage à renouveler l'étude en 2016.

Une moyenne de 52 sur 100

Pour cette étude 2013, 37 entreprises ont participé activement contre 32 en 2010. Ce qui traduit "une plus grande implication de la part des entreprises interrogées" rapportent les auteurs de l'enquête dans un communiqué. De plus, la note moyenne globale est de 52 sur 100, soit en hausse par rapport à une note de 43 points en 2010.

De plus, ST MicroElectronics en tête du classement obtient une note de 77 sur 100 là où en 2010, L'Oréal classé numéro 1 affichait une note de 63,22 sur 100.

Une politique papier responsable n'est pas l'apanage d' un secteur d'activité particulier. Ainsi, les 5 premières entreprises appartiennent à 5 secteurs d'activité différents. On retrouve ainsi dans l'ordre : ST MicroElectronics, Axa, Orange, Alstom et Castorama. Notons qu'Axa conserve la 2e marche du podium comme en 2010, contrairement au groupe La Poste qui chute de la 3e place à la 22e.

45 % d'achats de papier responsable

Les mentalités semblent évoluer. Ainsi, les entreprises consomment 39 kg/employé/an de papier ramette à leur siège social en moyenne, et recyclent 88 % de ces déchets. Elles y privilégient également le papier responsable (45 % des achats) et le papier labellisé (43 %).

En revanche, l'étude révèle que la performance globale sur les documents de communication externe est mauvaise, que ce soit en termes de consommation, d' achat responsable et de recyclage. Plus inquiétant, très peu d'engagements ont été pris pour améliorer cette situation.

Chaque année, en moyenne, ces entreprises consomment 11 400 tonnes de papier comme support de communication dont à peine 16 % sont responsables. Seules 6 entreprises s'engagent à diminuer leur consommation et pour 2016, date de la prochaine étude, le panel ne s'engage que sur 20 % de papier responsable, soit une progression de 1 % par an.

Sur le volet recyclage, les perspectives sont préoccupantes estime Riposte Verte sachant qu'uniquement 13 entreprises se sont engagées à recycler le papier sur tous leurs sites, en dehors du siège, et elles ne sont que 10 à fixer un objectif sur le recyclage des documents de communication.

La grande distribution, un secteur papivore

L'étude s'est également intéressée à certains secteurs d'activités comme la grande distribution et le monde de la banque et de l'assurance, "grands consommateurs de papier".

Sur 37 participants, la grande distribution représente 85% du volume des documents de communication avec 4 entités sondées. En 2012, en moyenne, ces distributeurs ont consommé 68 000 tonnes de papier pour leurs catalogues et autres imprimés publicitaires. Ils privilégient le papier responsable pour 31 % du total et le papier labellisé pour 56 % de leurs achats. Signe encourageant, selon Riposte Verte, leur note moyenne bondit de 9 points entre 2010 et 2013 pour atteindre 48 points sur 100.

Du côté de la banque et de l'assurance, ces acteurs font mieux que la moyenne générale et progressent fortement depuis 2010, excepté sur leurs achats de papier responsable pour leurs documents de communication externe.

Ils achètent en moyenne 86 % de papier responsable pour le siège social et ont un taux de recyclage de 100 % des déchets papier sur tous les sites en France. Les marges de progrès, elles aussi nombreuses, juge Riposte Verte, concernent leur consommation moyenne au siège (53 kg/employé/an, équivalente à la moyenne nationale) et sur leurs autres sites (66 kg/employé/an).

De même, leurs achats de papier responsable doivent encore progresser. Ils achètent 56% de papier responsable pour leur siège mais à seulement... 1% pour leurs documents de communication externe (dont les relevés de compte).

Un barème éco-différencié chez Eco-folio

Au final, le Comité plaide pour une meilleure politique papier comme le suivi annuel des quantités de papier recyclé ou la fixation d'objectifs de recyclage de tous les papiers.

De plus, Ecofolio a lancé cette année son nouveau barème éco-différencié qui entrera en vigueur à l'occasion de la déclaration 2014 pour les papiers émis en 2013. Une donnée qui pourrait amener à terme une prise de conscience plus aigüe des donneurs d'ordre.