Mon compte Devenir membre Newsletters

49% des salariés prêts à renoncer à la machine à café

Publié le par

Si les prix de la distribution automatique venaient à augmenter, près de 49% des salariés s'avouent prêts à renoncer au plaisir quotidien de la machine à café. C'est ce que révèle une étude réalisée par la NAVSA et l'Ifop. Un chiffre qui devrait inquiéter les professionnels du secteur.

49% des salariés prêts à renoncer à la machine à café

Près de 49% des salariés sont prêts à renoncer à leur plaisir quotidien de boisson au distributeur si les prix venaient à augmenter. Un chiffre qui frôle les 60% chez les jeunes. C'est ce que met en évidence une étude(1) réalisée par la NAVSA (2) et l'Institut de Sondage Ifop.

Un chiffre élevé quand on sait que 9 salariés sur 10 (91%) avouent acheter une boisson au distributeur automatique sur leur lieu de travail.

77% des salariés adeptes de la machine à café

La pause café demeure un moment de partage important dans la vie de l'entreprise. Ainsi, 77% des personnes interrogées qui consomment une boisson chaude au bureau affirment être attachées à ce moment de détente. Un tiers d'entre eux (32%) se disent même "très attachés". Logiquement plus la consommation est forte, plus l'attachement augmente. Au-delà de 3 boissons chaudes consommées par jour, entre 86 et 98% des sondés se montrent attachés à ce moment.

De plus, glisser une pièce dans la machine à café rythme la journée. Puisque 59% des salariés le font en arrivant au travail et 47% après le déjeuner. Ils sont 77% à consommer au moins une boisson chaude dans la journée, 55% au moins 2 fois et 28% au moins 3 fois. Enfin, parmi eux, on trouve 52% d'adeptes du café et 45% de consommateurs de thé ou de chocolat.

Au-delà du simple secteur de la distribution automatique, la NAVSA souhaite l'application d'un taux de TVA de 5% "lorsque les français effectuent des dépenses d'alimentation, partout en France, quel que soit le produit consommé et le lieu d'achat de ce produit (en grande surface, boulangerie ou dans le distributeur)" et un taux de TVA à 10% pour les dépenses de restaurant.

"Dans le contexte actuel de restriction général des dépenses, chaque action en faveur du consommateur devient essentielle", explique Nicolas Bodilis-Reguer, délégué général de la NAVSA.

(1) Enquête Ifop/NAVSA réalisée en ligne du 26 au 30 août 2013 sur un échantillon national de 1002 salariés représentatifs des salariés français des secteurs privé et public, âges de 18 ans et plus, constitué d'après la méthode des quotas après stratification par région.

(2) NAVSA : chambre syndicale NAtionale de Ventes et Services Automatiques