Mon compte Devenir membre Newsletters

Trop d'intermédiaires entre les informaticiens indépendants et les directions achats ?

Publié le par

Selon une étude menée par iDirect, 85% des missions confiées aux informaticiens indépendants passent par un ou plusieurs intermédiaires.

Le constat est simple. Selon une étude récemment publiée par iDirect, un portail d’informaticiens indépendants, le nombre de missions qui leur sont confiées passe majoritairement par un ou plusieurs intermédiaires. Environ 85% d'entre elles sont effectuées via au moins un interlocuteur contre 15% directement avec le client final. "Ces intermédiaires sont de deux types : sociétés de services informatique n'ayant pas dans leurs salariés disponibles le profil demandé, et entreprises purement commerciales n'effectuant que du placement de freelances", précise-t-on chez iDirect.

Les informaticiens indépendants critiquent en particulier les doublons d’intermédiaires dans plus de 20% de leur mission. La raison? «Les directions achats veulent privilégier une politique de référencement, explique Patrick Van Straaten, fondateur d'iDirect. Mais cette stratégie n’est pas toujours efficace car si l’intermédiaire sollicité n’est pas en mesure de trouver un technicien expert parmi ses collaborateurs, il fera alors appel aux acteurs indépendants ou à ses concurrents. Résultat: les prestations en cascade peuvent s’avérer très coûteuses pour la direction achats.» En effet, selon 38% des indépendants interrogés, la marge moyenne des intermédiaires varie entre 20 et 24%.*

Plus problématique encore: dans 36% des cas, le statut “freelance” des indépendants n’est pas connu des directions achats. «Certains intermédiaires les invitent à se présenter comme un salarié de SSII. En effet ces sociétés ont souvent signé, avec les directions achats, des contrats qui leur interdisent de faire appel à d’autres sous-traitants», précise Patrick Van Straaten.
Alors que faire? Ne plus solliciter les intermédiaires? Sans tomber dans l’extrême, le fondateur d'iDirect recommande de classer ses achats en deux catégories: confier une fois par an ses prestations anticipées à une SSII intermédiaire compétente et faire fonctionner la concurrence entre indépendants et SSII pour les besoins ponctuels.