Mon compte Devenir membre Newsletters

MediaContact de Telelogos devient compatible avec les terminaux Android

Publié le par

Telelogos, acteur français du marché mondial du management des mobiles, a annoncé la sortie de la version 5.5 du logiciel MediaContact, dont la principale nouveauté est la compatibilité avec les terminaux Android.

MediaContact garantit la rapidité et la fiabilité des transferts de données.

MediaContact garantit la rapidité et la fiabilité des transferts de données.

Face au volume grandissant des terminaux mobiles fonctionnant sous Android, Telelogos a souhaité réagir en proposant désormais son logiciel MediaContact sous l’environnement développé par Google. La version 5.5 est disponible dès à présent en téléchargement sur le site de l’éditeur français Telelogos. Elle permet d’administrer les terminaux distants (tablettes, smartphones, PDA durcis, PC portables…) et de sécuriser les échanges de données stratégiques dans les entreprises. Pour l’éditeur Telelogos, le choix de développer MediaContact sous Android se justifie. « Aujourd’hui, les tablettes fonctionnant sous Android sont de plus en plus adaptées aux exigences du personnel itinérant et à l’intégration des applications mobiles métier dans les systèmes d’informations des entreprises », souligne Yves Clisson, président de Telelogos. Intégrabilité dans le SI, configuration de la tablette, accès aux données de l’entreprise, autant de fonctions qui justifient la priorité accordée par l’éditeur pour le développement sous Windows et Android.
À travers le logiciel MediaContact, l’éditeur Telelogos assume un positionnement différencié en proposant une solution unique qui s’adresse aux travailleurs nomades (les mobile field workers en anglais), c’est-à-dire ceux dont l’équipement mobile constitue un outil de travail nécessaire à l’activité. « Nous avons choisi de développer MediaContact pour répondre aux attentes des techniciens itinérants, des logisticiens, des forces de vente et autres personnels pour lesquels la mobilité demeure une situation quotidienne », explique Yves Clisson.