Mon compte Devenir membre Newsletters

Deux tiers des décideurs utilisent des solutions analytiques et décisionnelles

Publié le par

À l'heure du big data, l'analytique et l'optimisation de la qualité des données, principaux enjeux des entreprises pour la gestion de leurs informations, près d'un décideur interrogé sur deux souhaite améliorer l'exploitation de ses données.

Deux tiers des décideurs utilisent des solutions analytiques et décisionnelles

Face aux nombreuses informations et données dont ils disposent, les décideurs (dirigeants, directeurs, responsables, managers…) ont surtout comme enjeux en 2012 d’améliorer leur exploitation et leur qualité (1).

Analytique et qualité : les principaux axes d’optimisation interne

En effet, 44 % des 200 décideurs interrogés dans le cadre de l’étude, menée par Markess International sur le décisionnel et l’analytique, placent l’exploitation et l’utilisation des données dans les trois premiers enjeux liés à la gestion de leurs informations décisionnelles.
37 % placent ensuite les processus de traitement et de qualité des données. L’analytique et la qualité restent de ce fait les principaux axes d’optimisation interne cités, ainsi que la restitution et la visualisation des informations. Les décideurs souhaitent mieux utiliser et tirer avantage des données disponibles en interne, tout en améliorant leur qualité (cohérence, unicité, pertinence, traçabilité…) pour des résultats plus justes.

Optimiser la compétitivité de l'entreprise grâce à une meilleure prise de décision

L’objectif recherché par les décideurs est au final d’optimiser la compétitivité de leur entreprise via une meilleure prise de décision. Les décideurs interrogés placent en effet dans les trois principaux objectifs de gestion analytique et décisionnelle de l’information : le contrôle de la performance et des activités de l’entreprise, l’optimisation de la prise de décision stratégique, et la réactivité dans les prises de décisions opérationnelles.

Des décideurs encore peu réceptifs et informés

La gestion des gros volumes de données (ou big data) reste encore un enjeu peu identifié par les décideurs interrogés, seulement 14% d’entre eux placent le big data dans leurs trois premiers enjeux de gestion de l’information. Pour la majorité, cela entraîne essentiellement de nouvelles approches de traitement et de gestion, des nouveaux investissements et politiques de stockage et d’archivage. Ils sont peu nombreux à considérer le phénomène comme un atout pour la compétitivité de leur entreprise.

Néanmoins, près d’un tiers des décideurs identifient le potentiel analytique corrélé à l’augmentation du volume de données. Côté offreurs, le classement est inverse : la majorité des 40 prestataires aussi interrogés dans le cadre de cette étude placent le big data et l’analyse de données non structurées comme premiers enjeux selon eux pour la gestion analytique et décisionnelle. Le big data avec les fonctions analytiques et de restitution restent les principales évolutions citées dans leur roadmap d’ici à 2014.

Les principales solutions utilisées

Les décideurs sont près de deux tiers à déclarer utiliser des solutions analytiques et décisionnelles, 17 % ont des projets en cours et 17 % n’ont pas prévu d’utiliser ces solutions dans un avenir proche. « Les décideurs de grandes entreprises restent les mieux équipés en solutions mais ceux des petites entreprises (moins de 50 salariés) investissent également sur ce marché, avec près d’un sur deux indiquant avoir une solution ou un projet en cours sur le domaine », souligne Lætitia Bardoul, analyste senior, responsable de l’étude chez Markess International.

Les décideurs interrogés utilisent principalement des solutions de restitution avec en tête des outils de reporting et des tableaux de bord décisionnels. Ils sont un tiers à disposer de suites décisionnelles. Seul un décideur interrogé sur cinq indique disposer d’une solution analytique dédiée, une majorité recourant davantage à des tableurs. Au final, le budget alloué au décisionnel et à l’analytique devrait augmenter d’ici à 2014 avec un tiers des décideurs anticipant une hausse. Néanmoins, les décideurs sont nombreux à indiquer que leur budget pourrait être impacté par l’évolution du contexte économique.

Pour télécharger la synthèse de l'étude, cliquez ici.

(1) Source : “De l'information à la prise de décision : nouveaux modes d'accès et d'analyse pour la performance du business” publiée par Markess International