Mon compte Devenir membre Newsletters

Les entreprises européennes de plus en plus séduites par le cloud computing

Publié le par

Pour les entreprises européennes, le cloud computing est une solution d'avenir. Leur seule réticence concerne le manque de sécurité.

Près 60% des entreprises européennes se disent prêtes à adopter le cloud computing dans les deux ans à venir, révèle une étude menée par Brocade*. Les raisons évoquées pour un tel engouement: la réduction des coûts (30%), l’amélioration de la performance de l’entreprise (21%) et de son agilité (16%).

Pour plus d’un tiers des personnes interrogées, le manque de sécurité est le premier frein cité à l’adoption du cloud computing, selon l’étude. La complexité de la virtualisation du data center, l’architecture réseau et la bande passante sont également d’autres raisons mentionnées. Ainsi, la plupart des entreprises investissent le plus souvent dans un cloud privé, gage de sécurité.

Plus d’un quart des grandes entreprises a prévu d’adopter le cloud d’ici les deux prochaines années et 11% d’ici un an. De leur côté, les PME semblent nettement moins engagées dans un processus de migration, puisque seulement 42% d’entre elles prévoient de migrer vers le cloud d’ici les deux ans. Sans surprise, 63% des PME interrogées s’orientent davantage vers un modèle hébergé, souligne l’étude.

Actuellement les services informatiques liés au cloud représentent 10,7 milliards de dollars au niveau mondial, un chiffre qui devrait passer à environ 27 milliards de dollars d'ici à 2013, selon IDC.

* Cette étude menée par Brocade, fournisseur de solutions réseaux pour les entreprises, a été conduite auprès de 200 chefs d’entreprises européens, entre mars et avril 2010.

 

Le cloud computing, littéralement “informatique dans le nuage” ou informatique dématérialisée, désigne une externalisation des applications et des données d’un ordinateur dans un nuage (“cloud”) composé de serveurs distants interconnectés. Les utilisateurs ne sont plus propriétaires de leurs serveurs informatiques mais peuvent ainsi accéder à de nombreux services en ligne sans avoir à gérer l'infrastructure sous-jacente, souvent complexe.