Mon compte Devenir membre Newsletters

Le coût du traitement des factures encore trop élevé ?

Publié le par

Selon une étude menée par le spécialiste de la gestion de documents, Iron Mountain, environ 20% des entreprises de 250 à 5000 salariés déclarent payer trop cher pour le traitement de leurs factures.

 Les entreprises de plus de 5 000 salariés dépenseraient environ 14,5 euros par facture entrante pour un traitement moyen de 10 jours, alors que les PME de 250 à 500 salariés allouent un coût unitaire de 11 euros pour un temps nécessaire de 8,6 jours. Voilà les résultats d'une étude menée par Iron Mountain, spécialiste de la gestion de document physique et numérique (GED).

Un manque d'efficacité ressenti

Selon le fournisseur de solutions GED, 22 % des entreprises consultées employant plus de 5 000 personnes estiment qu'une trop grande part de leur effectif est mobilisée par le traitement manuel des factures. Une préoccupation qui n'est exprimée que par une entreprise sur dix parmi celles comptant de 250 à 500 salariés. De même, un quart (24 %) des entreprises de plus de 5 000 salariés pensent que le coût global de leurs opérations financières est trop élevé, contre seulement 13 % parmi les entreprises de 250 à 500 salariés. Les petites entreprises interrogées sont toutefois plus enclines à s'inquiéter de l'état obsolète de leurs systèmes de traitement financier et de leurs processus de gestion documentaire : c'est en effet le cas de 13 % d'entre elles, contre seulement 5 % des entreprises de plus de 5 000 salariés. Des chiffres assez modestes qui ne semblent pas mettre en lumière une volonté de rationalisation du traitement de factures plébiscitée par les moyennes et grandes entreprises.

L'enquête a été réalisée, entre le 4 et le 21 février 2011, auprès de plus de 200 responsables du règlement des factures au sein de grandes entreprises commerciales (comptant au moins 250 salariés). 50 personnes ont été interrogées dans leur propre langue, respectivement en France, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Espagne, via Internet ou par téléphone. Ces échantillons ont été tirés au sort parmi les panels existants de YouGovStone ainsi qu'auprès de sources de données externes paneuropéennes.