Mon compte Devenir membre Newsletters

L'inflation du coût de la data mobile plombe la facture télécoms des entreprises

Publié le par

D'après les observations du cabinet Alma Consulting, la part de téléphonie mobile dans les dépenses télécoms des entreprises a presque doublé en deux ans, plombé par la consommation de data qui atteint désormais 35 % dans la facture des lignes portables.

Le prix du baril du pétrole flambe, celui de la data mobile en entreprise aussi. C’est ce que révèle l’étude menée par le cabinet de conseil en achats Alma Consulting Group, rendue publique lundi 13 février 2012.

Selon cette étude, les entreprises ont vu en deux ans le coût de leurs factures télécoms mobiles passer de 30 % à 40 % de leurs coûts globaux en télécoms, dopés par la flambée de la data mobile (3G, GPS, géo-localisation, terminaux de paiement…), qui s’établit aujourd’hui à 34,27 € par mois et par collaborateur. En trois ans, la part des données dans les dépenses de téléphonie mobile des entreprises auraient ainsi doublé, passant de 17 % en 2009 à 35 % en 2012.

La dataphagie mobile 

Premiers facteurs de cette tendance : la mobilité croissante des salariés, plus massivement équipés en smartphones et l’irruption du M2M dans des secteurs d’activité de plus en plus nombreux, ont accéléré la consommation de data mobile. 

Aujourd’hui, 44 % de la flotte de mobiles sont des lignes data, sachant que dans certains secteurs d’activité cette part peut atteindre 85 % (comme la grande distribution par exemple), précise Alma Consulting Group.

« Une minute de voix est aujourd’hui très peu chère. C’est la data mobile qui est le poste le plus coûteux dans la facture globale », indique Philippe Mahieux, directeur du Pôle Performance Achats d’Alma Consulting Group.

« Les entreprises doivent rester vigilantes sur les tarifs de roaming, où le prix du mégaoctet peut varier en France du simple au double, selon les opérateurs ».

Quel remède proposer pour lutter contre les factures indigestes ? Le cabinet de conseil préconise une segmentation de la consommation de téléphonie mobile en deux catégorie : d’un côté la voix, de l’autre la donnée, pour mieux cibler les gisements d’économies de coûts.

Cerner le besoin et appréhender le fournisseur

Autre recommandation : une bonne connaissance des éventuels fournisseurs peut s’avérer plus utile qu’une étude de marché sur les prix des opérateurs, même établie à partir des résultats de consommation d’entreprises similaires. 

« Dans un monde des télécommunications qui évolue très rapidement, la négociation ne peut se faire qu’avec la parfaite connaissance de la capacité commerciale des fournisseurs », explique Philippe Mahieux.

Les entreprises doivent également rester attentives à l’adéquation entre leurs usages et les offres des opérateurs, en s’informant régulièrement sur les évolutions des consommations dans leur entreprise.

« Établir un profil de consommation permet de rester au plus près des besoins en télécoms et de faire des économies à isopérimètre, c’est cela le véritable enjeu. Le smartphone reste un outil de motivation et de valorisation pour les équipes », conclut Philippe Mahieux.