Mon compte Devenir membre Newsletters

Itrust va protéger le cloud français

Publié le par

En signant une convention avec l'État français le 2 août dernier, la PME toulousaine a gagné le droit de protection sur le cloud en France.

Itrust va protéger le cloud français

Dans le cadre du volet de développement de l’économie numérique du grand emprunt, l’État français a retenu le projet Secured Virtual Cloud (SVC) proposé par un consortium, dont ITrust est le chef de file. Ce dernier fédère 10 laboratoires et sociétés dont l'Irit, le Laas, Eurogiciel, ENeed, Bull…
iTrust a ainsi convaincu l’État français que son outil Ikare était en mesure de protéger le cloud français d’éventuelles menaces. Concrètement, une plateforme sera déployée dans la région Midi-Pyrénées et pourra être directement intégrée par les opérateurs cloud ou par les entreprises. Ce projet régional au rayonnement européen comptera une trentaine d’ingénieurs et de laborantins et devrait intégrer à terme Andromède 2 aux côtés de Bull et de SFR.

Pour rappel, ITrust était dans un premier temps un cabinet de conseil et d’expertise en problématiques de sécurité. La société s’est ensuite orientée vers l’édition logicielle en mode SaaS, avec un outil de supervision sécurité, soutenu par Oséo. La société toulousaine développe en 2009 Ikare, un logiciel permettant d’auditer et de surveiller à distance et en temps réel la vulnérabilité de son système informatique. Annoncé comme étant dix fois plus performant qu’un anti-virus classique, Ikare séduit, depuis sa commercialisation en février 2010, des grands comptes et des PME parmi lesquels Pierre Fabre, la Caisse d’Épargne ou EADS. La deuxième édition d’Ikare, programmée dans les deux ans, vise à superviser le cloud de manière non intrusive. Elle sera capable de détecter les virus inconnus et les attaques ciblées.
Le financement apporté dans le cadre du projet SVC, complété notamment par l’entrée au capital de nouveaux actionnaires, représentera un montant global de 2 millions d’euros qui permettront à ITrust de financer la R&D et la commercialisation de cette nouvelle édition.