Mon compte Devenir membre Newsletters

Degrémont choisit Lexmark pour la gestion de ses services d'impression

Publié le par

Degrémont, filiale de Suez Environnement, a retenu le fabricant Lexmark pour améliorer la gestion de ses services d'impression bureautique.

Philippe Jacq, Service Delivery Manager à la DSI de Degrémont

Philippe Jacq, Service Delivery Manager à la DSI de Degrémont

Degrémont, spécialiste mondial de l’usine de traitement d’eau, choisit Lexmark comme opérateur unique pour ses solutions d’impression. «L’approche ‘Imprimer moins, gagner plus’ de Lexmark a trouvé un écho favorable chez Degrémont car elle répondait à nos attentes économiques et correspondait à notre engagement autour de solutions respectueuses de l’environnement», explique Philippe Jacq, Service Delivery Manager à la DSI de Degrémont.

Les objectifs recherchés par Degrémont étaient une réduction des coûts d’impression et du gaspillage papier ainsi que la résolution des problèmes liés à la sécurité des impressions.
Un appel d’offres a donc été lancé par les services généraux, la direction des systèmes d’information et la direction achats de Degrémont. Après un audit de cinq mois, Lexmark a identifié les besoins de chaque département pour répondre au mieux à leurs attentes.

Bilan positif

Six mois après, le bilan semble positif. Le nombre d’imprimantes et multifonctions a été réduit de 80%. Il est passé d’un équipement pour deux personnes à un équipement pour onze. On observe également une réduction du gaspillage papier. Le nombre de pages imprimées diminue et devrait à terme représenter une économie de près de 9000 kilos de papier par an. La réduction en cartouches de toner, estimée à l’année, s’élève à près de 70%.

Désormais, la gestion informatique est beaucoup plus souple et les problèmes liés à la sécurité des impressions ont été résolus. Les fuites d’informations sensibles sont évitées.

Une campagne de communication interne

«La réussite de ce projet repose sur le travail d’équipes en interne. Plusieurs départements ont travaillé main dans la main», ajoute Dominique Corre, responsable adjoint des services généraux de Degrémont.

Degrémont a mis en place une campagne de communication et d’information interne avec l’aide du programme Papereduce, proposé par Lexmark, qui accompagne les utilisateurs au changement.

 

Trois questions à Philippe Jacq, Service Delivery Manager à la DSI de Degrémont

Quel était l'état des lieux?

Notre budget impression était très important, non maîtrisé, ni contrôlé. Il était simplement ventilé par section budgétaire et par département. Les services généraux s’occupaient du parc multifonctions, la DSI gérait les imprimantes et enfin la direction achats s’occupait d’acheter les consommables. Aujourd’hui, les 3 services travaillent main dans la main et maîtrisent mieux les circuits. C’est la DSI qui chapeaute l’ensemble.

Comment avez-vous procédé?

Nous avons choisi la meilleure solution technique au meilleur coût ! Nous avons effectué une veille technologique et nous nous sommes renseignés auprès des fournisseurs. Après un audit réalisé par Lexmark, nous avons lancé un appel d’offres. Il s’est avéré que Lexmark proposait les meilleures solutions.

Quelles sont les conséquences?

C’est une réduction des coûts très importante avec des gains non négligeables au niveau de l’impact environnemental. Nous sommes passés d’un parc de 500 imprimantes à 98 points copies ! Par défaut, les copies sont faites en noir et blanc, recto/verso. Résultat, les impressions couleur on diminué de 30 %. Nous sommes passés de 53 références toner et une dizaine de marques d’imprimantes au seul opérateur Lexmark. C’est également un gain de temps important car le nombre d’interventions des techniciens a beaucoup diminué.

Grâce au soutien de la Direction Générale, nous avons institué de grands changements dans les habitudes des collaborateurs. Le service communication a réalisé des affiches et des plaquettes pour les sensibiliser sur le sujet. L’information a été relayée par l’envoi de mails et sur le serveur interne. Nous avons également organisé des réunions d’information et un show room avec le matériel concerné en présence de la direction. Les arguments de la sécurité informatique et de l’impact environnemental ont apparemment porté leurs fruits.