Mon compte Devenir membre Newsletters

80 % des entreprises bloquent l'accès au cloud computing pour des raisons de sécurité

Publié le par

Selon une étude commandée par Varonis Systems Inc, une grande majorité d'entreprises interdit à ses employés l'utilisation des services de cloud en raison des risques liés à l'absence de sécurisation.

80 % des entreprises bloquent l'accès au cloud computing pour des raisons de sécurité

Les études se suivent sur un rythme effréné en matière de cloud et autre BOYD ou BYOS. En se fiant à celle publiée par Varonis Systems et réalisée par IDG, on apprend que 80 % des entreprises interdisent à leurs employés l’utilisation des services de cloud, mais 70 % l’autoriseraient si ces services étaient aussi sûrs que leurs outils internes. Cette étude a été menée auprès de décideurs ayant été interrogés sur la tendance émergente du Bring your own services (BYOS) face au Bring your own device (BYOD).
En réalité, les craintes portent sur les fuites de données, les failles de sécurité et les problèmes de conformité. Pour se protéger contre ces menaces, 59 % des entreprises mettent en place une politique d’entreprise tout en appliquant des techniques de blocage évitant la diffusion de fichiers d'entreprise sur les serveurs et périphériques externes. Néanmoins, pour seulement 20 % des sociétés, l’application d’une politique d’entreprise est la seule mesure appliquée pour éviter la fuite massive de données propriétaires et réglementées.
Par ailleurs, plus d’un cinquième des entreprises n'ont aucune mesure en place pour lutter contre l’utilisation des outils de synchronisation de fichiers, laissant leurs employés libres de transférer des données confidentielles en dehors de l'entreprise. Parmi celles-ci, 70 % ne se soucient apparemment pas de n’avoir aucun contrôle pour éviter les fuites ou les pertes d'informations critiques.
Finalement, face au BYOS mettant en danger la protection des données, les entreprises réagissent de deux manières diamétralement opposées : alors que la majorité d’entre elles bloque complètement les services de synchronisation de fichiers, les autres laissent le champ libre à leurs employés.