Mon compte Devenir membre Newsletters

La ville de Dreux confie de nouveau à Sita la gestion de ses déchets

Publié le par

La ville de Dreux renouvelle sa confiance à Sita, filiale de Suez Environnement en lui confiant son contrat de collecte des déchets ménagers et assimilés. Ce contrat d'une durée de 6 ans concerne la collecte des déchets ménagers et assimilés de 55 communes.

RVB de base

RVB de base

Le SYndicat intercommunal de Ramassage des Ordures Ménagères de la Région de Dreux (SYROM DRD) renouvelle sa confiance à Sita, filiale de Suez Environnement pour la collecte des déchets ménagers et assimilés. Celle-ci concerne près de 47 204 habitants sur 55 communes.

Ce contrat, effectif depuis le 1er avril 2013, représente un chiffre d'affaires cumulé de 12 millions d'euros sur 6 ans.

Une nouvelle flotte de véhicules

Dans le cadre de ce nouveau contrat, Sita met à disposition de son client de nouvelles solutions comme une gestion des flux qui devrait permettre, à l'horizon 2014, de diminuer la fréquence de passage et d'optimiser la collecte. Ainsi, 7 véhicules neufs de collecte aux dernières normes environnementales et de 2 micro-bennes dédiées à la collecte des voies étroites vont être mis en circulation. En parallèle, une plate-forme informatique permettra la géolocalisation et le traitement en temps réel des anomalies détectées sur le parcours de collecte.

Pour Dominique Marie, président du Syrom de Dreux, "dans le cadre d'un cahier des charges laissant l'initiative de proposer des solutions particulières, Sita a su proposer un dossier adapté à la morphologie du territoire, notamment grâce à des micro bennes qui vont permettre aux chauffeurs d'éviter les marches arrière et de mieux collecter les voies étroites".

Pour un refus de tri inférieur à 15%

Sita s'engage également aux côtés de la ville à améliorer les performances de tri des usagers. Pour cela, un plan de communication sera mis en place pour sensibiliser les habitants au geste de tri et les agents de collecte suivront une formation dédiée aux problématiques locales. Cette double action a pour but d'atteindre l'objectif d'un refus de tri inférieur à 15%, alors que la moyenne nationale était de 22,5% en 2010.