Mon compte Devenir membre Newsletters

Une majorité des entreprises conscientes de l'augmentation des risques liés aux achats

Publié le par

Selon une enquête réalisée par le cabinet Oliver Wyman, en partenariat avec le magazine CPO Agenda, les entreprises ont identifié un certain nombre de risques achats mais continuent de naviguer à vue.

Près de 75% des entreprises déclarent avoir entamé un processus de gestion des risques liés aux achats. Mais seules 25% d’entre elles auraient vraiment pris le problème à bras-le-corps et mis en place des dispositions pour maîtriser ces risques, selon une étude du cabinet de conseil Oliver Wyman*. Cet état de fait est d’autant plus préoccupant que les responsables achats interrogés estiment que la plupart des risques vont se dégrader au cours des cinq prochaines années. Ainsi, 68% des directeurs achats pensent que les risques financiers (volatilités des cours de change ou des matières premières, etc.) sont susceptibles d’augmenter d’ici à 2014. De même, ils sont 54% à penser que les risques d’ordre stratégique (changement dans les positions concurrentielles, consolidation d’un marché fournisseurs, émergence de nouveaux acteurs, etc.) vont s’accroître. Enfin, un peu moins de la moitié (48%) redoutent une hausse des risques dits opérationnels (défaillances de fournisseurs, etc.).

La crise considérée comme une opportunité

Pour les auteurs de l’étude, les gains potentiels à attendre de la réduction des risques et les nouvelles opportunités de croissance n’ont jamais été aussi élevés. «Les directions achats devraient rapidement saisir l’opportunité créée par les turbulences économiques et financières pour lancer une prise en compte intégrée des risques liés aux achats et une coordination des actions pour créer en retour des gains financiers tangibles», estime Grégory Kochersperger, partner au sein du bureau parisien du cabinet Oliver Wyman. Et de citer deux exemples d’entreprises ayant su maîtriser leurs risques tout en améliorant leurs performances achats. Tout d’abord Procter & Gamble, qui a noué des alliances avec des fournisseurs clés pour développer l’innovation à moindre coût tout en partageant les risques. Et Hewlett-Packard, dont le programme de gestion des risques repose également sur des partenariats forts avec ses fournisseurs.



*Etude réalisée fin 2008/début 2009 auprès de 150 directeurs achats de grandes entreprises internationales, en partenariat avec le magazine CPO Agenda.