Mon compte Devenir membre Newsletters

Une étude d'Accenture dévoile les bonnes et mauvaises pratiques achats des entreprises

Publié le par

Si nombre de directions achats ont une faible visibilité de l'ensemble de leur supply chain, certaines s'engagent toutefois dans une gestion proactive de leur chaîne logistique.

29 % des responsables achats n’ont que peu ou pas de visibilité au-delà des premiers maillons de la chaîne logistique. Tel est le résultat d'une étude Accenture sur les meilleures pratiques des entreprises dans le secteur des achats auprès de 432 directeurs achats dans le monde. À l’inverse, les entreprises les plus performantes sur ce plan, intègrent avec efficacité l’ensemble de leurs fournisseurs, du premier au dernier rang, ce qui facilite la compréhension et la gestion des risques associés.

Seules 10 % des personnes interrogées affirment que leur équipe Achats «gère de manière proactive» la supply chain, en réalisant par exemple ses propres études de marché, en analysant les coûts ou en contrôlant les fournisseurs. Cette bonne connaissance de la supply chain leur permet de faire face aux changements soudain susceptibles de peser sur leurs parts de marché ou leurs performances financières.

La fonction achats, au-delà de la réduction des coûts

La fonction achats se positionne de plus en plus comme une «marque» au sein de l’entreprise, et son impact ne se limite plus seulement à la réduction des coûts. Sa valeur ajoutée s’exprime dans de multiples domaines, de la gestion du risque au déploiement d’outils d’analyse de pointe, en passant par le développement durable, la croissance ou encore la maîtrise des dépenses dans un souci de respect des budgets.

Accenture a identifié cinq leviers clés caractéristiques des bonnes pratiques des meilleures directions achats : 

– un alignement clair des stratégies achats, en adéquation avec les responsabilités et indicateurs des fonctions groupe et opérationnelles ;

– une intégration poussée du réseau de fournisseurs ;

– la qualité du sourcing et de la gestion des catégories ;

– un contrôle des dépenses tout au long du cycle de vie ;

– la gestion des talents, via le recrutement et la fidélisation de collaborateurs à même d’accompagner le succès à long terme de l’entreprise.