Mon compte Devenir membre Newsletters

Renault-Nissan lance une nouvelle structure d'achats en Russie

Publié le par

L'alliance Renault-Nissan a franchi une étape supplémentaire. La nouvelle structure, CPO, basée en Russie, sera détenue à parité égale par Avtovaz et RNPO, dont elle adoptera le modèle. Le point avec Christian Vandenhende Pdg de RNPO et Daniel Perry, Directeur général de CPO.

Renault-Nissan lance une nouvelle structure d'achats en Russie

Quels sont les principaux objectifs d'une structure commune d'achats en Russie ?

Christian Vandenhende - La CPO (" Common Purchasing Organization) est une société de droit Russe détenue à parité égale entre Avtovaz et RNPO (Renault-Nissan Purchasing Organization). Aussi, notre volonté est de construire une nouvelle structure d'achats commune, de manière limitée dans un premier temps, pour monter progressivement en puissance au fil des mois.

Daniel Perry - Notre souhait est également de nous appuyer sur la performance et les best practises de RNPO, sur les véhicules et les organes communs qui sont développés par l'alliance dans les usines de Togliatti. Avec comme objectif premier, une source d'économies substantielles grâce à une hausse des volumes d'achats et à l'obtention de meilleurs prix auprès des fournisseurs.

Existe-t-il une expérience similaire pour Renault-Nissan ?

CV - RNPO est une organisation commune d'achats entre Renault et Nissan qui a été créée en 2001 (deux ans après l'alliance entre Renault et Nissan), et qui a évolué progressivement pour couvrir 30% des achats dans un premier temps, et désormais 100% depuis 2009. Achats communs signifient que Renault et Nissan ont donné mandat à RNPO pour construire un panel d'affaires et suivre la performance des fournisseurs. Ainsi, RNPO possède les pleins pouvoirs depuis quatre ans sur le plan mondial, pour agir sur la totalité des achats, quel que soit le type.

Quel est le scope de CPO sur les achats ?

DP - Il est aujourd'hui réduit dans la mesure où sont concernés certains véhicules, à savoir, Largus de Lada, Almera pour Nissan, et les remplaçantes des Logan et Sandero (Dacia) qui seront commercialisées d'ici un an. Ce sont donc des véhicules communs développés sur une plateforme commune de l'alliance, avec un scope de pièces mécaniques (moteurs et boites de vitesse) et des biens d'équipements industriels.

CV - Il est limité puisque nous souhaitons ancrer cette nouvelle structure RNPO dans Avtovaz qui a la connaissance du tissu local Russe. Il faut savoir également que RNPO possède une équipe d'environ 150 acheteurs basés à Moscou, qui complète le dispositif pour l'ensemble des véhicules fabriqués dans les usines de Saint Petersbourg et de Moscou.

La CPO, entité commune d'achats entre RNPO et Avtovaz fait sens dans la mesure où les organes mécaniques seront assemblés à Togliatti en Russie et vont servir Renault Nissan dans ce pays. L'enjeu de la CPO est de démontrer que son existence est précieuse en fonction des performances réalisées. DP - Pour cela, une approche collaborative avec les fournisseurs est mise en place pour aboutir à des performances économiques. Or, avec cette intégration locale nous espérons attirer de nouveaux fournisseurs, notamment locaux. Nous souhaitons donc acheter en Russie les composants et pièces détachées qui font parties des véhicules fabriqués en Russie.

A lire aussi : Fournisseurs étrangers : loin des yeux, loin du compte ?