Mon compte Devenir membre Newsletters

Pourquoi les femmes prennent le pouvoir aux achats ?

Publié le par

La conférence organisée en avril par l'Association des anciens du MAI s'est penchée sur la montée en puissance des femmes aux achats. Le témoignage de trois diplômées du master de l'Achat international, aux carrières aussi remplies que variées, a servi d'appui au débat.

Pourquoi les femmes prennent le pouvoir aux achats ?

En ouverture de la conférence, Olivier Wajnsztok, président de l’Association des anciens du MAI, a mis en exergue la montée en puissance des femmes aux achats comme une évidence : « Les trois plus grosses sociétés françaises en termes de chiffre d’affaires (Total, GDF-Suez et Axa) ont des directrices achats. Nous ne sommes plus dans le domaine des signaux faibles ». Et Gordon Crichton, directeur du MAI, de souligner : « Il y a dix ans, les deux tiers des étudiants achats du MAI étaient des hommes, aujourd’hui ce sont des femmes. Aujourd'hui, un jeune acheteur type est une acheteuse. »

Se forger un parcours à la force du poignet

Le premier fait marquant est que les deux premières intervenantes ont fait un beau chemin dans des univers masculins. Delphine Lafon-Degrange, directeur des achats Valeo Service, diplômée de la promotion MAI 1996 a fait l’essentiel de sa carrière au sein de l’équipementier automobile. Depuis plus de 14 ans, elle a gravi les échelons de la fonction achats à travers des missions opérationnelles puis managériales, lui permettant de découvrir de nombreuses régions françaises et de nombreux pays (Espagne, Pologne, etc.). Elle est aujourd’hui directrice des achats d’un des cinq pôles de Valeo. Un poste très en vue. Delphine Lafon-Degrange reconnaît que ces différentes fonctions ont mis sa vie personnelle à rude épreuve mais le fait d’être une femme n’a jamais constitué pour elle un obstacle. Elle estime que c’est la passion du métier qui la fait avancer.

Les femmes prennent le pouvoir aux achats from Bundle Productions on Vimeo.

Une femme a toujours plus à prouver en entreprise

Contrairement à Delphine Lafon-Degrange, Ahlem Hamdi, directeur adjoint des achats à la Réunion des musées nationaux Grand Palais, a travaillé dans un grand nombre d’entreprises : IBM, Omega Pharma, Air France, ONF et enfin RMN Grand Palais. Elle a dû se battre pour imposer ses idées et stratégies, notamment lorsqu’elle a créé le service achats de l’ONF. Cependant, les réactions “parfois violentes” de ses collaborateurs étaient selon elle plus dues à sa fonction qu’au fait qu’elle soit une femme.

Pascal Pichon, intervenant au MAI et coach, commente les deux premières interventions : « Les femmes ont plus à prouver en entreprise. Elles ont donc développé une capacité à s’imposer de manière naturelle. Elles sont très souvent plus tenaces, pugnaces et volontaires. Chez bien des décideuses achats, il y a une plus forte capacité à l’anticipation qui permet de bâtir et de suivre des stratégies à long terme et de fonctionner en véritable partenariat avec les fournisseurs. »

Charlotte Mathiaud, consultante des achats informatique chez AgileBuyer, est confrontée à un environnement souvent technique. Contrairement à ses consœurs, elle estime que le fait d’être une femme dans un milieu essentiellement masculin lui permet d’être plus écoutée et donc d’imposer ses vues plus facilement. « Les atouts des décideuses achats résident dans leur qualité d’écoute, nettement supérieure à celle de bien des hommes », affirme-t-elle.

Ces trois femmes s’accordent à dire que les performances et qualités d’un acheteur ou d’un manager sont beaucoup plus liées au profil et aux compétences qu’au sexe. La présence grandissante des femmes au sein des directions achats est due selon elles et en partie aux qualités d’écoute et d’empathie des femmes, qui sont souvent le point faible de la gente masculine.

> Prochain rendez-vous des anciens du MAI

Le MAI (master Achat international) compte plus de 3 000 anciens diplômés depuis 1977. Depuis l’arrivée du nouveau bureau de l’association des anciens du MAI, élu en septembre 2011, les activités se sont fortifiées avec des conférences Achats tous les trois mois et des “pots des anciens” organisés à Paris, Londres, New York, Lausanne, Bordeaux, Lyon et Rennes. L’association est aussi très active sur LinkedIn. Le prochain pot sur Paris aura lieu le 14 juin.