Mon compte Devenir membre Newsletters

Pierre Pelouzet veut “une médiation en grand”

Publié le par

Même s'il a affiché sa volonté de mettre ses pas dans ceux de Jean-Claude Volot, Pierre Pelouzet, officiellement adoubé mercredi matin par Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, exprime déjà son souhait de faire de la “médiation en grand”.

Pierre Pelouzet, Arnaud Montebourg et Jean-Claude Volot (de gauche à droite).

Pierre Pelouzet, Arnaud Montebourg et Jean-Claude Volot (de gauche à droite).

Hier matin, Pierre Pelouzet, nouveau médiateur des relations interentreprises et Jean-Claude Volot, revenu à ses premières amours de chef d’entreprise, se sont serrés la main pour marquer symboliquement le passage de relais que nous vous annoncions dans nos colonnes, il y a quelques semaines.

Fidèle à son franc parler, Jean-Claude Volot a rappelé en préambule et en présence d’Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif  les trois types de médiation à la disposition des PME et des donneurs d’ordre: la médiation individuelle, la médiation collective et la médiation de branche. Soulignant à l’attention du ministre l’importance des médiations de branche et leur utilité dans nombre de secteurs et professions (chimie, plasturgie, centres d’appel, bureaux d’études, etc.), il a regretté que la France soit “câblée sur la culture du conflit” et que les frictions entre fournisseurs et grandes entreprises occasionnent des ravages, notamment en termes de destruction de compétitivité.

Porter la médiation plus loin

Quant à Pierre Pelouzet, qui reprend donc le flambeau de la médiation des relations interentreprises, son intention est claire: faire le meilleur usage possible des outils et ressources à sa disposition (charte, pacte PME) pour “porter la médiation plus loin et la faire en grand”. Son objectif est de rééquilibrer les relations entre PME-PMI et les grandes entreprises. “Dans les périodes difficiles, on gagne ou on perd ensemble”, a-t-il mis en garde. Comment faire passer ce message et les bonnes pratiques définies dans la charte? En partant à la rencontre des principaux intéressés en régions et en réalisant un tour de France. “Nous travaillerons avec le Medef, la CGPME, Croissance plus, Pacte PME et toutes les parties prenantes du débat”, a-t-il promis. La charte de la médiation est un outil efficace, affirme-t-il. Huit médiations sur dix apportent une conciliation satisfaisante pour les deux parties.

Un tour de France de la médiation

La charte compte aujourd’hui 305 signataires, entreprises privées ou organismes publics mais “pour porter la charte plus loin”, comme le dit Pierre Pelouzet, les entreprises respectueuses de la charte seront labellisées avec la caution d’un regard extérieur (NDLR: l’agence de notation extra-financière Vigeo). Et “mieux vaut une bonne médiation qu’un mauvais procès”, a résumé le ministre du Redressement productif, en conclusion, en citant le chiffre de 733 dossiers soumis à la médiation pour 624 dossiers reconnus comme éligibles à la médiation après examen, et cela pour le seul mois de novembre. Arnaud Montebourg a promis le soutien plein et entier de son ministère au nouveau médiateur et à ses équipes, appelées “à sillonner la France pour dire aux entrepreneurs qu’ils ne sont pas seuls”. Un projet auquel il souscrit pleinement… Reste à savoir si le contexte économique actuel ne rendra pas la tâche d'autant plus ardue à accomplir au nouveau médiateur.